Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

undefinedA travers l’influence de la France, le Conseil de Sécurité des Nations Unies était convaincue pour avaliser le déploiement des forces européennes au Tchad et en République Centrafricaine, deux pays voisins dirigés par des Généraux imposés à leurs peuples contrairement aux règles élémentaires du jeu démocratique.

 

arm--e-fran--aise-copie-3.jpgDepuis quelques mois, la mission de cette force européenne a fait l’objet des vives polémiques dans les milieux de l’élite politique et surtout a suscité une méfiance  justifiée des mouvements d’opposition armée au Tchad.

 

Il est prévu à la fin du mois courant que les troupes de l’Union africaine (Ua) seraient déployées et suivies de celles de l’Eufor d’ici mi-janvier 2008.

 

A l’approche de ce déploiement non consensuel qui n’a pas tenu compte de l’aval des parties  belligérantes sur le terrain, le débat reprend au sein des groupes rebelles tchadiens.

 

Pour tout ceux qui suivent le conflit tchadien depuis quelques années, les rebelles hostiles à Idriss Deby font face à plusieurs entraves pour mener des avancées militaires contre l’armée tchadienne.

 

Première entrave : Sur le front de lutte, les factions rebelles tchadiennes affrontent l’armée gouvernementale et ses supplétives composées des différents mouvements rebelles du Darfour qui font du Tchad leurs bases arrière contre le régime soudanais.

Deuxième entrave : L’armée française participe de façon directe aux combats en fournissant des détails sur détails des informations décisives qui précèdent les opérations militaires.

 

 C’est dans ce conteste difficile de lutte armée que les forces européennes  interviendraient et dont la mission préoccupe la rébellion tchadienne.

 

N’ayant pas été consultées en amont, les forces en lutte contre le pouvoir de Ndjaména redemandent à la communauté africaine et internationale de leur  définir les différents champs d’actions d’où doivent opérer ces forces étrangères.

 

Le principe voudrait  que le Conseil de Sécurité de l’ONU devrait associer la rébellion tchadienne dans ce processus de déploiement des forces sous mandat international,  car il s’agit d’une  mission humanitaire dans de zones de conflit à risques multiples inhabituels aux soldats européens face aux rebelles Tchadiens aguerris  dans un pays,  en proie à  une instabilité permanente.

 

Faute d’une large diffusion de l’information, rien n’exclu  les débordements dans les jours à venir, si aucune précaution nécessaire n’est prise à temps pour éviter l’embrasement intégral de la situation à l’est du Tchad, déjà précaire.

 

La rédaction de Tribunecoum et son réseau Tchad Média estiment que nul n’est irrémédiable et que la communauté internationale  peut se rattraper, à deux semaines du déploiement de l’Eufor, elle peut  entrer en contact avec la rébellion tchadienne et trouver une solution consensuelle pour éviter le pire.

 

Par Makaila Nguebla

Tribunecoum.