Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Non à la violence pour la violence:
.

Deby et ses opposants businessmen se sont mis eux même dans un piége dont ils ne pourront pas sortir.

          Le tyran a tellement trompé ses propres partisans même de fraîche date, ( voir ce qui est arrivé à Nour et ce qui va arriver à Al Jinedi) qu'il ne peut compter que sur le clan Itno pour se défendre. Le clan a décidé d'employer tous les moyens pour se maintenir au pouvoir. Selon Tchad Actuel, il s'agit de l'achat :  »des armes chimiques, des hélicos, des consciences, continuer à exfiltrer les rebelles moyennant des grosses sommes, assassinat ciblés, recours aux mercenaires, recrutement forcé ou moyennant des grosses sommes des mineurs »

Par ailleurs le tyran utilise toujours les mêmes armes de la division ethnique. Ainsi il applique un principe simple, les Bideyats et les Kobés faces aux Goranes. Cette technique, longtemps efficace commence à trouver ses limites. A force d'être les victimes d'un cynisme sans limite, à force de voir que seuls les Itno profitent du système alors qu'eux ou leurs parents sont tués sans sépulture, mutilés ou abandonnés sans soins, les Tchadiens refusent en masse d'aller se battre. Plus grave encore pour Deby, des membres de sa propre famille se placent ouvertement pour la succession.

En réalité, Deby ne tient plus que par sa férocité et le soutien d'une puissance étrangère.

          Les opposants businessmen reproduisent le même schéma. Les responsabilités ne sont données qu'aux membres de leur clan. Lorsqu'il y a affrontement, seuls les membres de leur ethnie sont ramassés, les autres sont laissés à crever sur place. Leurs annonces successives de regroupement ne sont que des arrangements de façade. Ils se haïssent entre eux car ils n'ont en commun que l'ambition avide.

Eux aussi ne tiennent que parce qu'ils sont aidés militairement et financièrement par des puissances étrangères.

          Le peuple tchadien ne veut aucunement de ceux la, il en a plus qu'assez de ces aventuriers qui ne veulent que l'argent et le pouvoir.

          Voilà pourquoi un vaste mouvement d'opposition est en train de voir le jour.

Confusément, naïvement, l'opposition au cynisme avait humblement fleuri, ici et la, mais il lui était bien difficile de grandir devant les forces du mal. Surtout chacun luttait dans son coin et avait l'impression d'une lutte sans fin et sans espoir.

Depuis quelque temps les choses bougent. Les Tchadiens ouvrent les yeux, ils veulent sortir de leur longue nuit et s'aperçoivent que tout le pays pense comme eux. Bien sur la route sera longue et d'épouvantables horreurs nous attendent mais l'espoir est là, pour le première fois depuis longtemps. C'est comme le première fleur qui pousse au milieu de la neige et du froid, on n'y croit pas mais, pourtant, la force du printemps est irrésistible.

Cet espoir possède une réalité armée, c'est l'ANR.

          Ou croit on que les milliers d'hommes qui ont voulu renverser Deby ont disparus ? Ou croit on que sont passés tous les déçus des opposants businessmen ? Il ne se passe pas de jour sans que l'armée démocratique et patriote ne se renforce.

Peu importe qu'on fasse le black out médiatique sur nous car nous dérangeons Deby et ses protecteurs, parce que  nous dénonçons les opposants businessmen et leurs maîtres et surtout parce que nous bousculons les idées reçues.

          L'ANR a pris Wiwat, Sounout, Wadi Barité, Birak, elle est entrée plusieurs fois à Adé et à Guéréda, son poids militaire est évident et tous ceux qui comptent le savent.

Sans arrêt nous avons répété que nous ne voulions pas, à ce stade, d'un conflit généralisé. Si Deby n'était pas une plaie mortelle pour le Tchad, il ne faudrait pas faire la guerre.

Il serait épouvantable d'ajouter encore des morts, des destructions et des victimes à une catastrophe déjà sans précédent dans notre histoire. Nous nous livrerons à une frappe ciblée le moment venu car il faut faire partir Deby, mais pas à n'importe quel prix.

Il ne suffit pas de faire la guerre, il faut se demander pour quelle cause et pour qui ?

L'armée de l'ANR, c'est l'armée du peuple, la vérité finira par s'imposer.

          Cette force militaire est au service d'un idéal démocratique et républicain.

Sans arrêt depuis deux ans, humblement mais fermement, nous publions un programme de gouvernement dont les pièces s'ajoutent les unes aux autres.

Ce processus fait appel, à chaque instant, à vos contributions, il n'existe pas de méthode plus démocratique. Ce sont ces réflexions que nous essaierons d'appliquer une fois Deby chassé. Une réunion de tous les partis devra avoir lieu immédiatement. Cette assemblée élira une personnalité incontestable qui n'aura pas le droit de se présenter aux élections présidentielle. C'est cette personnalité qui aura la charge de diriger la période de transition qui précédera l'élection Présidentielle.

Tchadiennes, Tchadiens, les semaines, voire les quelques mois à venir vont être cruciaux.

Il est temps pour vous de vous engager et de rejoindre l'ANR, le parti du renouveau !

.

ANR : Le Commandement