Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

arche-de-zo---avocat.jpgDeux des avocats français des six Français de L'Arche de Zoé dont le procès débutera vendredi à N'Djamena vont défendre l'aspect "humanitaire" de l'opération avortée d'exfiltration de 103 enfants du Tchad le 25 octobre vers la France, ont-ils déclaré mercredi soir.

Me Mario Stasi, avocat de Nadia Merimi, a souligné devant la presse à son arrivée dans la capitale tchadienne qu'il entendait "rétablir cette opération dans son sens humanitaire" car il s'agissait "vraiment de sauver des orphelins du Darfour", région soudanaise voisine en proie à une guerre civile.

Ajoutant qu'il avait la volonté "d'aller sereinement jusqu'au bout de ce dossier", Me Stasi a assuré qu'il abordait cette affaire avec "beaucoup de gravité".

De son côté, Me Gilbert Collard, avocat du président de l'association Eric Breteau, a souhaité que les défenseurs de L'Arche de Zoé puissent "faire comprendre à l'opinion publique et à la justice tchadiennes que la libération des trois journalistes français (obtenue le 4 novembre par Nicolas Sarkozy venu à N'Djamena, ndlr) ne peut être payée par le prix de la sévérité et d'une injustice à l'égard des autres accusés".
Me Collard a affirmé qu'il allait "produire toutes les preuves pour démontrer qu'il n'y a pas eu d'enlèvement" mais une volonté "de sauver des enfants dans un contexte humanitaire", assurant que les familles des 103 enfants "n'ont aucun grief à avoir contre les membres de L'Arche de Zoé".

Les familles et amis des six membres de l'association Arche de Zoé incarcérés depuis bientôt un mois au Tchad attendent avec appréhension le procès qu'ils suivront de France. Les six Français, poursuivis pour "enlèvement d'enfants", vont être jugés devant la cour criminelle de N'Djamena pour avoir tenté d'évacuer fin octobre vers la France 103 enfants tchadiens présentés comme des orphelins du Darfour.

La mère d'Emilie Lelouch, la compagne du président de l'Arche Eric Breteau, a renoncé à faire le déplacement, dissuadée par sa fille et par les avocats. "Cela pouvait être dangereux et il ne s'agit pas de tendre un peu plus une situation déjà délicate", a déclaré Jeanine Lelouch. Des échanges de courriels avec sa fille, elle perçoit qu'"elle s'inquiète pour son avenir, et moi aussi je suis très inquiète".

Christine Péligat, épouse d'Alain, le logisticien de l'association, estime elle aussi qu'aller au Tchad "ne pourrait que mettre de l'huile sur le feu" d'autant qu'il y aura "déjà beaucoup de monde entre les avocats et les journalistes".

L'argument financier a aussi freiné les familles que l'association. "On a déjà eu du mal à payer les billets des avocats... Et on n'est pas sûr de pouvoir les voir, ni d'assister au procès", a expliqué à l'AFP Christophe Letien, responsable bénévole de l'Arche de Zoé.

undefinedSeuls les quatre avocats français des prévenus, à qui la justice reproche d'avoir voulu "enlever" 103 enfants du Tchad vers la France, étaient attendus à N'Djamena mercredi. A l'exception toutefois de la soeur de Nadia Merimi, l'infirmière du groupe, qui a fait le trajet en toute discrétion. Mme Merimi a pris quelque distance avec ses compagnons d'infortune lors de leur incarcération.

Les familles, dispersées sur le territoire français mais en contact régulier, vont tenter de gérer au mieux leur angoisse, épaulées par des comités de soutien et des interventions de certains d'entre eux dans les médias.

A Castellane (sud), le comité de soutien au Dr Philippe van Winkelberg compte installer dès jeudi un portrait géant du médecin sur la place de la mairie. Son épouse, Antonia, n'a pas caché avoir "très peur" de la suite des événements. L'inquiétude porte notamment sur l'état de santé des six accusés, qui ont entamé le 8 décembre une grève de la faim. "Physiquement et moralement , ils sont dans un état critique", a alerté Agnès Breteau, ex-épouse d'Eric Breteau. "J'espère qu'ils seront assez forts pendant leur procès, assez lucides", a renchéri Christophe Letien, ajoutant : "quand on entend que l'enquête a été menée plus à charge qu'autre chose, on ne peut pas être très confiants. On attend de voir".

Jeanine Lelouch voudrait "que la justice tchadienne prenne la peine d'entendre la défense": "Ils n'ont jamais voulu enlever d'enfants tchadiens!"

Le gouvernement français se fait discret sur ce dossier. Le président Sarkozy a reçu à leur demande les familles vendredi dernier sans "apporter aucune garantie", selon Mme Breteau. La ministre française de la Justice Rachida Dati a, elle, rappelé qu'une convention entre la France et le Tchad permettrait aux membres de l'Arche de Zoé d'exécuter leur peine en France "en cas de condamnation".

Source: AFP