Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

Tchad: Le Dr Djimé Adoum donne la chance à l'espoir de paix!

Pendant que ces guerres continuent à endeuiller le peuple tchadien, elles alimentent les coffres des armuriers et tous les autres aventuriers qui tirent profit de la misère du peuple tchadien.  Les dernières images projétées sur les écrans des télévisions internationales montrent l’ampleur des dégâts humains et matériels.  Ces images font mal au cœur et donnent des tchadiens une image honteuse de brutes incapables de s’entendre sur un minimum de compromis pour promouvoir la concorde chez eux.  Selon certaines indiscrétions, cette violence a atteint des niveaux inégalés en raison de la sophistication des armes utilisées de part et d’autre. Certaines victimes sont connus tandis que la majorité est constituée d’ananymes, mortes pour une cause qu’elles ne comprennent d’ailleurs pas souvent. Mais peu importe, toutes ces victimes sont tchadiennes et cela dure depuis bientôt 40 ans.  
La présidente des veuves des militaires du Tchad s’est bien prononcée sur les destructions insensées causées par la guerre au Tchad.  Espérons que son appel sera entendu et que les parties en guerre accepteront de mettre fin à la guerre meurtrière qui abîme le Tchad. 

Puisque le Président Idriss Deby, le Général Mahamat Nouri et M. Timan Erdimi ont déclaré leur intention d’aller au dialogue inclusif, nous nous attendons logiquement à ce qu’ils cessent les combats qui ont et continuent d’endeuiller tant des familles tchadiennes.  Nous connaissons tous la désolation du peuple tchadien qui subit ces guerres fratricides depuis si longtemps. 

Pendant que ces guerres continuent à endeuiller le peuple tchadien, elles alimentent les coffres des armuriers et tous les autres aventuriers qui tirent profit de la misère du peuple tchadien.  Les dernières images projétées sur les écrans des télévisions internationales montrent l’ampleur des dégâts humains et matériels.  Ces images font mal au cœur et donnent des tchadiens une image honteuse de brutes incapables de s’entendre sur un minimum de compromis pour promouvoir la concorde chez eux.  Selon certaines indiscrétions, cette violence a atteint des niveaux inégalés en raison de la sophistication des armes utilisées de part et d’autre. Certaines victimes sont connus tandis que la majorité est constituée d’ananymes, mortes pour une cause qu’elles ne comprennent d’ailleurs pas souvent. Mais peu importe, toutes ces victimes sont tchadiennes et cela dure depuis bientôt 40 ans. 

Chacune des parties en présence accuse l’autre d’avoir violé les accords de Syrte. Si ces accords étaient bons, on n’en serait certainement pas revenu aux armes. Toutefois, pour les besoins de la recherche de paix, il convient peut-etre de relire ces accords ainsi que ceux de Ndjamena et de Cotonou pour voir dans quelle mesure nous pouvons relancer le dialogue de paix. Il faut cependant insister que ce dialogue devra, en outre, regrouper toutes les autres composantes de la société tchadienne pour qu’ensemble, un compromis minimum soit trouvé pour sortir le pays du bourbier dans lequel il se trouve. 

La diversion tendant à déplacer les responsabilités en pointant un doigt accusateur vers le Soudan ne nous apportera pas la solution. Au fait, Allam-mi oublie-t-il que tous les changements de régime au Tchad depuis 1982 sont passés par le Soudan ? Au lieu d’accuser les autres, nous devons chercher en nous-memes et par nous-memes les solutions à nos problements en mettant de coté, pour une fois, les armes de guerre. Dans ce sens, le Ministre Allam-mi ferait mieux de conseiller à son boss de faciliter le dialogue inclusif de paix.

Les principaux protagonistes, le Président Idrisss Deby, le Général Mahamat Nouri et M. Timan Erdimi se sont tous prononcés pour une forme de dialogue.  Le Dr. Ben Barka est déjà à Ndjamena à la recherche des voies et moyens pour une application des accords de Syrte.  Pour notre part, nous pensons que les tchadiens doivent saisir l’opportunité pour cesser de faire du Tchad un cendrier sur lequel les armuriers et les aventuriers viennent tester leurs armes en endeuillant le peuple tchadien. La paix est possible. Il nous suffit de le vouloir vraiment du fond de nos cœurs en extirpant la haine que nous avons les uns envers les autres.