Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Makaila

L’affaire Arche de Zoé suivie de la déclaration irréfléchie de Nicolas Sarkozy ont ouvert les portes à libre expression populaire jamais imaginée dans le pays et qui du coup laisse place à une polémique et diverses spéculations dans les milieux de l’opposition tchadienne bien avertie.

Les rues de la capitale tchadienne étaient envahies hier mercredi par des jeunes  manifestants brandissant des pancartes sur lesquelles on lisait : « A bas Nicolas SARKOZY ! » « A bas la traite négrière ! » qui se dirigeaient vers l’Ambassade de France et le Lycée Français pour s’en prendre aux citoyens et autres occidentaux résidents au Tchad.

Cette colère populaire des jeunes de Ndjaména nous fait souvenir les différentes manifestations  d’Abidjan de 2004 où les biens  des ressortissants Français ont été vandalisés par les partisans de Laurent Mbagbo mobilisés pour la circonstance en vue d’impressionner la France et la rappeler à l’ordre.

 

Rappelons que l’accession au pouvoir en 1990 d’Idriss Deby les citoyens Tchadiens restent contraints d’accéder aux  droits à la manifestation reconnus dans l’article 8 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) et l’article du 18 de la Déclaration Universelle des Droits(DUDH).

 

Le caractère  répressif et  autoritaire du régime en place a fait taire toutes contestations pacifiques socioprofessionnelles et républicaines dans le pays.

Une seule manifestation contre le pouvoir d’Idriss Deby a eu lieu en 1993 et reste à jamais graver dans la mémoire des Tchadiens, elle  est celle de la communauté Ouddaïenne.

 Les populations du Ouaddaï ont organisé à Ndjaména une marche pacifique pour protester contre les actes de représailles à l’encontre de leurs parents exécutés à Ningdjelim. Mais, celle-ci était réprimée dans le sang, plusieurs personnes tuées au sein desquelles figurait Faqih Ali, un chef religieux. L’indignation était quasi-populaire et nationale dans le pays.

Depuis cette date, les citoyens Tchadiens n’étaient plus autorisés contre Idriss Deby mais sont invités à se mobiliser lorsque les intérêts du régime en place sont menacés.

C’est ainsi qu’en 1998, le drapeau tricolore français était brûlé par les partisans du Mouvement Patriotique du Salut(MPS), parti au pouvoir incarné par Idriss Deby sous pretexte que les intérêts nationaux notamment l’extraction du pétrole de Doba était compromise par la Multinationale Française Elf.

 

Aujourd’hui, la manifestation d’hier dans la capitale tchadienne semble bien s’inscrire en droite de ligne comme l’une des manipulations du pouvoir en place qui cherche à  dompter  et  ranger l’Elysée définitivement à sa cause pour un règne eternel, aux mépris des droits civiques, politiques des nationaux privés d’une démocratie suffisante.

Comment-peut-on comprendre et expliquer que à chaque fois qu’une manifestation ait été lieu au Tchad, elle est souvent orientée ? Mais, n’a jamais été contre le régime de Ndjaména ?

L’opposition tchadienne qui observe attentivement la détérioration des rapports entre Paris et Ndjaména, pense que les autorités Françaises qui ont fixé Idriss Deby au Tchad méritent cette baffe.

Comme l’affirmait, un responsable d’une organisation politique en exil : « Nous sommes surpris de cette manifestation soudaine alors que l’opposition démocratique intérieure n’y ait pas pris part. » s’est-il interrogé dans l’après midi cet opposant d’Idriss Deby et analyste politique Tchadien joint par Alwihda dans une ville africaine.

Il est vrai que jusqu’à présent l’opinion publique tchadienne peine à mieux cerner les manipulations politiciennes du régime de Ndjaména. Ce qui explique à notre avis, l’échec de toute sensibilisation ou encore de toute  mobilisation de masses à même défier  Idriss Deby.

Jamais, avec Idriss Deby rien n’est fortuit. Tout est agencé, mûri et réfléchi à desseins politiques.

 

Nous devons nous interroger pourquoi les gens n’ont-ils  pas manifesté lorsque Sarkozy était venu récupérer ses concitoyens au vu et au su mais surtout par consentement de Deby et au dépend de la justice?

 

 Makaila Nguebla