Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

220px-Idriss_Deby_Itno_IMG_3651.jpg11 août 2012, anniversaire de deuil pour les Tchadiens 

Ahmat Zéïdane Bichara/ Regards d’Africains de France

Hier, c'était le 11 aout qui correspond au Jour où le Tchad accéda à l’indépendance. Beaucoup de Tchadiens ont envoyé des mails à leurs compatriotes pour leur souhaiter des années meilleures sans ou avec le président actuel. Mais de qui leur proviendrait  cet espoir ? Et, ces années meilleures dont ils souhaitent naitre proviendraient-elles avec ce régime égocentrique ? Certes, parmi ceux qui ont souhaité un bel avenir à leurs frères, sœurs et amis, il y a ceux qui partagent les ressources du pays avec le régime actuel sans avoir un seul instant une pensée aux pauvres qui ne savent plus que faire pour trouver de quoi mettre sous la dent. Certes, chacun est libre d’agir comme bon lui semble. Mais, y a-t-il de la joie à partager un gâteau dans un pays où la majorité de gens n'a même pas de l'eau potable ? Là où les enfants meurent de malnutrition. Là où les femmes meurent d'accouchement. Là où une grande partie des populations part se soigner au Soudan, en Tunisie, au Maroc, au Cameroun ou ailleurs ?

Là où les commissaires de police ne savent s'exprimer ni correctement en français, ni en arabe littéraire pour pouvoir exécuter des services d’État de façon fiable et équitable. Enfin, là où tous les jours les professeurs des Universités se proclament chercheurs, mais sans que les populations tchadiennes voient naitre les produits de leurs recherches. Il n’ya même pas un seul livre de cours made in Tchad. De l’école primaire à l’enseignement secondaire jusqu’à l’université, tous les livres nous proviennent de l’étranger. Le système éducatif tchadien vieux des années coloniales ne s’adepte plus aux réalités actuelles. Est-il également bon de se réjouir dans un pays où juste un poignet de voleurs de deniers publics est puni ? Les autres font des affaires avec cet argent sale au Canada, en France, en Tunisie, au Sénégal comme bon leur semble. Ils ont des maisons partout dans le monde, y compris des comptes bancaires. Ils sont partout, sauf là ils doivent réellement être. Bref, là où toutes les mauvaises conditions sont réunies pour que les uns souffrent de plus en plus et les autres deviennent encore plus riches et puissants.

Voilà la triste réalité. Pour moi, le 11 aout dernier fut un jour triste. C'est un anniversaire de deuil et de colère. Généralement, quand un problème survient les gens ne cherchent plus à savoir les raisons pour lesquelles une telle difficulté est née et par quel chemin elle est arrivée. Ils se mettent aussitôt à réunir les conditions pour pouvoir mettre la situation au beau fixe. Et normalement, c'est une bonne façon de faire, puisque cela montre bien que l'on a pris conscience de son devenir. Tel n’est pas aujourd’hui au Tchad. Les Tchadiens observent et subissent impuissant sans dire mot. L’opinion internationale pour sa part reste sourde et attend certainement que le peuple prenne son destin à la manière des Tunisiens, Libyens, Syriens ou autres populations. Garder le silence en regardant les gens souffrir est-elle la bonne manière ? Les difficultés politiques et de la vie sont comme des feuilles mortes d'un arbre. Tant que vous n'avez pas pu ramasser l'ensemble de celles qui trainent derrière votre maison ou dans la cour, vous ne pourriez jamais prétendre avoir un espace propre. Elles reviendront toujours.

En matière de bonne gouvernance, c'est exactement la même chose. Tant que le dictateur ou le mauvais président qui déstabilise le pays n'a pas lâché le pouvoir, vous ne pourriez jamais avancé vers un progrès économique meilleur. On ne parlera pas  de renaissance dans ce pays.Que des morts-nés.