Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Médias au Tchad- Reporters Sans Frontière (RSF) est préoccupé par le risque élévé qui pése sur les journaux tchadiens indépendants menacés de fermeture. L'Organisation a appellé la HAMA à renoncer à ces sanctions qui ne se justifient pas // La candidature à la présidentielle 2021 du Maréchal Idriss Deby contestée dans un mémorandum signé par plusieurs partis d'opposition au Tchad qui appellent ce dernier à renoncer à se présenter //

Archives

Publié par Mak

Affaire ibedou: la CTDDH reste mobilisée et relève les incohérences du juge en charge du dossier

Mesdames Messieurs les journalistes

Il vous souviendra qu’une ordonnance illégale signée par un juge véreux sous 
les ordres d’IDRISS DEBY lui-même avait suspendu depuis le 12 Aout 2020 notre Secrétaire General Mahamat Nour IBEDOU de ses fonctions au sein de la 
CTDDH.

Depuis ce jour 12 Aout 2020, après deux reports successifs des audiences, après les plaidoiries des avocats effectuées le 18 Septembre 2020 devant un autre juge, le dossier devait être en délibéré pour le 24 du même mois. la grève des magistrats du 21 au 28 septembre n’ayant pas permis comme convenu l’ouverture du dossier, celui-ci avait été enrôlé pour le 1er octobre2020. 

Grande fut notre surprise quand le juge aux ordres D’IDRISS DEBY, HAMIT MUSTAPHA NOUR celui-là même qui avait signé l’ordonnance de suspension du Secrétaire General réapparait ce premier Octobre 2020 et renvoie sans vergogne le dossier pour la prochaine audience au 22 Octobre 2020 au motif qu’il n’existe pas l’original de l’ordonnance (qu’il avait lui-même signée).

Le Comité Exécutif de la Convention Tchadienne de Défense des Droits de l’Homme (CTDDH) qui était déjà convaincu de l’implication personnelle du Président de la république dans toutes les tentatives de déstabilisation de notre organisation condamne avec la dernière énergie ces manœuvres lâches et primaires faisant de la justice tchadienne le bras armé d’IDRISS Deby.

Les sanctions et autres méthodes disciplinaires régissant la vie des organisations de la société civile relèvent toujours de leurs textes statutaires ; 
si n’importe quel juge de n’importe quelle espèce se permettait de prendre arbitrairement un acte pour suspendre les activités de n’importe quel responsable d’une organisation indépendante, qu’adviendra-t-il de la vie 
associative du Tchad ???

La CTDDH usera de toutes les méthodes légales pour mettre à nu ce complot lâche consistant à reporter indéfiniment les audiences afin de bloquer la vie et les activités de la CTDDH devenue la bête noire d’un système arbitraire et corrompu.

Le Comité Exécutif de la Convention Tchadienne de Défense des Droits de l’homme (CTDDH) prend à témoin l’opinion nationale et internationale sur cette suspension illégale, lâche et arbitraire destinée à faire taire une voix critique et discordante vis à vis de la dérive dictatoriale du régime. 
Le but inavoué de cette manœuvre est surtout d’écarter à tout prix toute critique à l’endroit des futures fraudes électorales de 2021 dont le dispositif est déjà mis en place par un système sans foi ni loi. 

De même, on craint les dénonciations des suites de la folklorique intronisation au grade de‟ Marechal du Tchad” qui est en soi une honte nationale et Africaine.

Quoi qu’il en soit, la CTDDH continuera toujours à être aux côtés des faibles des opprimés et des victimes d’injustice ; elle rappelle à qui veut l’entendre que la suspension illégale et arbitraire de son Secrétaire Général ne l’empêchera en 
aucune manière de mener pleinement sa lutte habituelle contre l’injustice érigé en système de gouvernance.

Nous vous remercions de votre aimable attention.