Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad :   qui sont ces officiers qui refusent d’être manipulés par Idriss Deby à Amdjarass ?

Depuis quelques semaines, Idriss Deby a déserté son palais rose de Ndjaména pour élire domicile à Amdjarass, devenu son dernier retranchement. Comme à l’accoutumée, il tente de manipuler les uns et les autres à des fins personnelles en vue de poursuivre son règne contesté au Tchad.

C’était avant hier à Amdjarass, Idriss Deby avait initié une rencontre des groupes ethniques appartenant à la communauté zaghawa d’où il est issu élargi aux ressortissants du Borkou Ennedi Tibesti (BET) où il prétend également appartenir.

Selon nos informations, dans l’intention de consolider son système fragilisé de l’intérieur, le dirigeant tchadien aurait reçu séparément les gens de sa communauté pour leur dire que les Tchadiens vous détestent et qu’il est temps de réfléchir à l’unité, d’éviter les déchirures pour conserver le pouvoir aussi longtemps que possible.

Aux ressortissants du BET, il leur demande de lui faire des propositions des noms des officiers pour des promotions au sein des différents corps d’armées.

Ce clin d’œil est motivé par le seul souci de réunir autour de lui d’hommes des rangs pour faire face à toutes les éventualités qui adviendraient.

Il a fondé son argumentaire sur le conflit de champ de fil pour manipuler le public qui n’est pas acquis à sa cause. Car des voix se sont levées pour s’opposer à sa proposition de vouloir manipuler les siens contre les autres communautés tchadiennes qui n’ont aucune hostilité envers ceux qu’il prétend défendre. Les Tchadiens réclament simplement une justice sociale et de l’égalité sans être méprisés.

Lors de cette rencontre, des officiers surtout Zaghawa avaient pris la parole pour dire à Idriss Deby, pourquoi cet échange intervient 30 ans après l’exercice du pouvoir ? Ils ont même rappelé à Idriss Deby qu’ils ne sont plus prêts à suivre dans ses aventures de terroriser les citoyens tchadiens.

Ce que Idriss Deby oublie, la communauté zaghawa en général veut vivre en paix avec les Tchadiens et elle n’est pas sa propriété ni sa chose à lui.

Toute composante nationale a droit de vivre au Tchad et rien ne peut justifier une quelconque haine ou animosité que tente d’insinuer Idriss Deby pour opposer les uns aux autres.

Par le passé,François Tombalbaye, Général Félix  Malloum, Goukouni Weddeye et Hissein Habré avaient tous dirigé le Tchad,  leurs communautés respectives ne sont pas comptables de leurs dérives totalitaires. Les responsabilités sont personnelles.

Idriss Deby ne doit prétendre être le porte-parole d’une partie des Tchadiens même s’il est issu de ces contrées géographiques du Tchad. Il devrait plutôt préparer une transition apaisée et non violente que d’instrumentaliser et d’exposer les siens.

La communauté Zaghawa a décrypté son message mais elle a rejeté en bloc ses propositions manipulatrices.

Le Tchad, on ne cesse de le dire, doit son existence à la volonté de tous les Tchadiens de vivre ensemble dans la diversité et le respect mutuel.

Makaila.fr