Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: Mise au point de M.ABBA DAOUD NANDJEDE

 

MISE AU POINT

de M. ABBA DAOUD NANDJEDE, Secrétaire Général de

 L’Alliance des Défenseurs des Droits Humains et de l’Environnement au Tchad (ADHET), relatif à la déclaration malencontreuse et diffamatoire du Comité Exécutif de la CTDDH

N’Djamena, le 24 août 2020

 

En date 17 août courant, le Comité Exécutif de la CTDDH, par un point de presse, a consacré une bonne part de son propos sur ma personne, moi, ABBA DAOUD NANDJEDE, m’attribuant la paternité des déboires judiciaires d’un de leur membre en l’occurrence M. Mahamamt Nour IBEDOU. Ce propos ayant pour but ultime de me discréditer en mobilisant une certaine opinion pour que celle-ci puisse m’indexer en permanence et me détester. Ce n’est pas digne d’une organisation qui se dit défenseur des droits de l’homme.

A ce propos, après avoir laissé l’eau coulée sous le pont, je viens par la présente faire une mise au point relative à cette accusation diffamatoire qui ne restera pas sans suite. Mais en attendant la suite que je réserve à cela, cette mise au point est plus que nécessaire.

En effet, dans ce bout de chose qui avait été révélé à l’issue de notre point de presse du 27 juin 2020 tout sinon rien n’a été dit sur ce qui s’est réellement passé. En principe, une telle sortie devrait être une occasion pour eux de dire la vérité à l’origine de cette affaire, malheureuse et honteuse, devenue judicaire et qui entache l’honneur et la respectabilité de leur Secrétaire Général. Mais les membres du Comité Exécutif, peut-être par ignorance des faits ou par acte délibéré, ont opté pour la stratégie qui aligne celle de fuite en avant, de bouc émissaire et de victimisation ce, en jetant leur dévolu sur ma modeste personne pour me faire porter le chapeau telle, une proie facile sur laquelle on peut déverser les accusations fantaisistes à la limite ridicule. 

Ceci étant, il convient de revenir un temps soit peu sur un segment de leur intervention notamment l’initiative contre la prochaine candidature du Marechal Idriss Deby ITNO. A ce propos, M. Mahamat Nour IBEDOU très mécontent de notre point de presse à ce sujet au cours duquel, nous avons eu à dénoncer au nom de la paix et de la stabilité, le projet porté par la CTDDH soutenu en cela par une ONG internationale. Et pour cette raison que celui-ci m’en veut à mort. Pourtant, à la suite de la publication de la correspondance qui avait été distribuée, à la presse, Mahamat Nour IBEDOU au lieu d’assumer ses responsabilités a opté pour la dilution en niant en bloc de n’être pas l’auteur de la correspondance qui l’incrimine.

A cet effet, si M. Mahamat Nour IBEDOU estime que ce document n’émane pas de lui et que c’est une diffamation, pourquoi ne porte-t-il pas plainte moi ou contre ADJHET ? Normalement, il ne devrait pas se limiter à çà. D’où est sortie cette correspondance ? De qui nous l’avions eu ? Quand et où l’avions-nous eu ? Comment l’avions nous-eu ?

J’attends fermement que M. Mahamat Nour IBEDOU se prononce là-dessus et nous sommes très disposés à lui répondre, question par question. Sinon, c’est moi qui vais me plaindre pour dénonciation calomnieuse contre lui et sa bande qui ne savent absolument rien de leur Secrétaire général.

Revenant sur leur affaire interne l’opposant lui à l’un de ses membres pour laquelle j’ai joué une médiation à la demande d’un d’entre eux simplement à cause de ma proximité avec Mahamat Nour qui, d’ailleurs s’est avérée infructueuse du fait du refus obstiné et catégorique de M. Mahamat Nour IBEDOU d’entendre raison pour un règlement à l’amiable dont en voici les faits tels que je leur ai connu.

En effet, en novembre 2019, le nommé ABDELBASSID MAHAMAT est venu se plaindre auprès de moi contre M. Mahamat Nour IBEDOU à cause d’un prêt qu’il consenti à  M. Mahamat Nour IBEDOU dont la réclamation de ses dus lui a valu une sanction de la part de M. Mahamat Nour IBEDOU.

Sur ces entre-faits, j’ai eu à appeler Mahamat Nour l’invitant à trouver une solution à l’amiable avec ABDELBASSID MAHAMAT où j’en garde encore l’enregistrement audio de nos échanges liés à cette affaire. Mais, Mahamat Nour dans ses arrogances habituelles a refusé de m’écouter et a choisi de proférer des menaces à l’encontre d’ABDELBASSID MAHAMAT.

Malgré tout cela, j’avais continué ma médiation en me déplaçant personnellement dans l’une de ses résidences pour le rencontrer et en discuter de vive voix hélas ! Il ne m’a pas toujours écouté, surtout sur la proposition à lui faite. A la suite, un certain nombre de problèmes ont surgis et pour cela, je l'ai, à plusieurs reprises, reçu à mon bureau mais de tout çà, il était resté de marbre. Que puis-je faire en plus de ce que j’ai pu faire ? Est-ce les bons offices que j’ai déployé pour qu’ils se trouvent une solution à l’amiable est-il mauvais ? Pourtant, quand tu es redevable envers une personne, l’idéal est d’adopter un profil bas que de proférer des menaces contre la personne qui t’a rendu service.

C’est à la suite de cette affaire que, M. ABDELBASSID MAHAMAT s’estimant léser et irrégulièrement sanctionné a choisi d’ester en justice non seulement pour réclamer ses dus mais adjoint à cela le problème du fonctionnement interne de la CTDDH dont je ne saurais être associé ni de près ni de loin et de quelle façon que ce soit. En cela, d’où vient la prétendue machination ou complot que moi ABBA DAOUD serait derrière et pour quel intérêt si ce n’est celui imaginé dans la réflexion fertile et débordante de ces membres du Comité Exécutif.

Que ce soit dans la morale, la religion ou le droit, le refus d’honorer ses engagements surtout les dettes est en soi une faute que M. Mahamat Nour IBEDOU est bien situé pour le comprendre voire la promouvoir et l’enseigner, vu son expérience, son âge et surtout son statut de défenseur des Droits de l’Homme.

Me culpabiliser pour se dédouaner de sa propre turpitude vis-à-vis de l’opinion n’est pas élégant et surtout digne de lui. Quand quelqu’un se prévaut d’un sens moral élevé, celui-ci ne doit pas verser dans des compromis, le mépris et le quasi escroquerie. Cependant, par respect à nos liens, à sa personnalité et à son âge, je m’en garde de révéler pour le moment des actes plus que contraire et compromettants le concernant. Néanmoins, si d’aventure il persiste dans ses errements pour m’accabler injustement, je préviens quiconque que je ne ferai plus économie de ce que je sais. Et ça ne sera que justice.

 

Le Secrétaire Général