Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

 Tchad: la Cour suprême appelée à réhabiliter Saleh Kebzabo et l'UJT à rappeler à l'ordre les journalistes véreux

UNION NATIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT ET LE RENOUVEAU
                U N D R
Paix – Discipline – Travail
UNION DES JEUNES POUR LE RENOUVEAU
U J R


Communiqué de presse No14/UNDR/UJR/BE/2020


L’Union des jeunes pour le renouveau (UJR) suit avec beaucoup d’attention les révélations faites il y a quelques jours sur les réseaux sociaux et dans les médias en ligne, au sujet d’un complot ourdi contre le Président national de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), Saleh KEBZABO.
Ce complot ourdi par le plus haut sommet de l’Etat et mis en scène par des hommes politiques qui ne représentent que leur propre ombre en complicité avec certains journalistes locaux, sujets de leur panse, a abouti à la déchéance du Président national de l’UNDR de son titre de chef de l’opposition démocratique, en avril 2019, par la Cour suprême.


De ce qui précède, l’UJR estime que le droit n’a pas été dit par la Cour suprême, qui est un appendice du pouvoir MPS. Ce qui ôte non seulement son caractère institutionnel, mais justifie la méfiance du peuple vis-à-vis des institutions de la République.
C’est pourquoi l’Union des jeunes pour le renouveau, consciente de la lutte pour l’unité nationale et la cohésion sociale que prône l’UNDR depuis sa création en 1992, réitère son soutien indéfectible au Président national, Saleh Kebzabo, et l’exhorte à poursuivre de façon imperturbable son combat jusqu’à la victoire finale.
Par ailleurs, l’UJR appelle l’Union des journalistes du Tchad (UJT) à jouer pleinement son rôle, tout en rappelant à l’ordre ceux des journalistes qui s’engageraient dans une entreprise de division et de haine tribale compromettant la cohésion sociale, car le métier de journaliste, noble, ne saurait être clochardisé par des individus sans foi ni loi qui n’ont pour seul objectif que d’assouvir leurs intérêts bassement matériels, au mépris des règles d’éthique et de déontologie qui régissent la profession.
Comme l’a dit l’ancien président sénégalais et poète, Léopold Sédar Senghor, « l’art n’est pas politique », il serait préférable pour ces hommes de médias de choisir clairement entre leur métier et la politique.
Aussi, l’UJR appelle la Cour suprême à jouer son rôle dans la stricte impartialité et à réhabiliter dans ses fonctions de chef de file de l’opposition, le président Saleh Kebzabo.


Enfin, l’UJR demande à ses militants et à toute la jeunesse tchadienne de demeurer sereine et vigilante pour ne pas se laisser dissuader par ces manœuvres du pouvoir qui visent à détourner le regard du peuple de sa vraie préoccupation : l’alternance démocratique au sommet de l’État pour enfin espérer ouvrir une nouvelle ère au Tchad, mis sous coupe réglée par Idriss Déby Itno et le MPS depuis 30 ans.

Fait à N’Djamena, le 24 juin 2020
Pour le Bureau exécutif national
Le Vice-président chargé de la communication et des relations extérieures
Gebdanbé Ouateuré Epaphras