Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Lutte contre l’arbitraire au Tchad : parlons aussi de ces hommes braves

Insoumis et dignes fils du Tchad, ils ont refusé de se soumettre à toutes formes de dictature en osant créer, le Mouvement pour le Salut National du Tchad (MOSANAT) pour s’opposer aux pratiques abusives et à l’arbitraire qui étaient encours dans les années 1980.

 

Parmi ces quatre hommes, Haroun Gody, habillé en tenue noire à gauche, était diplomate, ancien Secrétaire d’Etat à la Santé sous Habré, Mahamat Gnanguilo, situé à droite et Fodda Khamis assis, seul Mouctar Nentcho, au centre, cadre dans l’administration publique tchadienne est vivant.
Tous originaires de la région centrale du Guéra, les trois ont perdu leurs vies dans la lutte pour la liberté, la dignité humaine, l’Etat de droit et la démocratie.

Le Mouvement pour le Salut National du Tchad (MOSANAT), était composé d’universitaires comme Gali Ngothé, des médecins comme Dr Nahor, de journaliste à l’instar de Saleh Gaba. Ils ont réussi à rassembler une société tchadienne clivée pour instaurer la justice sociale et l’égalité entre tous les fils et filles du pays.

Aujourd’hui, personne ne parle d’eux, ni évoque leurs audaces, leurs courages et leur vision politique pour un Tchad uni et prospère qui s’accepte dans sa diversité culturelle, ethnique et confessionnelle.

Mouctar Nenctho, seul rescapé de cette longue lutte, était arrivé avec le Mouvement Patriotique du Salut (MPS) en 1990. Il s'était insurgé successivement contre les mêmes pratiques abusives sous Deby en 1998 et 2008 avant de réconcilier avec le pouvoir. Il a été arrêté en 2013 soupçonné de Coup d'Etat. Le Comité des droits de l'Homme de l'Onu, a été saisi sur son cas pour obtenir sa libération.

C’est parce qu’ils ne sont plus de ce monde que Idriss Deby s’est permis d’abuser de la patience de son peuple. Ceux qui l’entourent aujourd’hui, ne sont autres que de faire-valoir, des béni-oui-oui, des marionnettes, des personnes sans considération aucune.

Makaila.fr