Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad : L’armée tchadienne sur le point d’attaquer les positions du MPRD à Korbol

Décidément l’armée tchadienne est sur tous les fronts, réconfortée par une euphorie nationale suite à son intervention dans le cadre de la lutte contre la secte Boko-Haram au Lac-Tchad.

En effet selon nos sources en provenance du Tchad, l’armée tchadienne serait déployée à Korbol pour affronter les éléments du Mouvement Pour la Paix, la Reconstruction et le Développement (MPRD), un groupe rebelle tchadien qui existait depuis 2005.

Cette attaque éminente entre les forces gouvernementales et les éléments rebelles du MPRD, fait suite au ralliement d’un certain officier répondant au nom de Colonel Samedi qui aurait regagné les bases de la rébellion tchadienne.

Si d’un côté les Tchadiens sont unanimes pour lutter contre le terrorisme et toutes les formes d’extrémisme, il y a en même temps d’autres Tchadiens qui ne sont pas d’accord avec le pouvoir en place et ont fait le choix de la lutte armée à défaut d’une issue politique. C’est le cas du MPRD du colonel Dassert, arrêté en 2009 puis transférer à Ndjaména. Il était mort en prison. Depuis, le mouvement est dirigé par Djedouboum Sadoum, qui anime la résistance armée.

Deux poids deux mesures du régime face aux rébellions tchadiennes

Lorsque le comité auto-défense qui s’est rebellé contre le pouvoir en place, une solution négociée a été trouvée à leurs revendications ce qui n’est pas le cas pour d’autres groupes rebelles tchadiens qui ne sont pas issus de la même contrée géographique qu’Idriss Deby.

Tant que Idriss Deby cette démarche sélection dans la résolution des conflits armés persiste, le Tchad ne verra pas de sitôt le bout tunnel de la paix qui relèvera toujours de l’abstrait que de réalité.

En tout cas, pour le groupe rebelle, il est hors de question que le commandant Samedi soit renvoyé vers le Tchad où sa vie est en  danger car il subira le même sort que les autres chefs rebelles tchadiens qui ont été assassinés après leur retour au bercail malgré des accords de paix signé en bonne et du forme avec toutes les garanties sécuritaires.

Makaila.fr