Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Pour la libération du journaliste tchadien, Martin Inoua Doulguet !

Communiqué de presse

Pour la libération du journaliste tchadien, Martin Inoua Doulguet !

Makaila.fr tient à informer l’opinion publique nationale et internationale que le procès en appel du journaliste tchadien, Martin Inoua Doulguet, directeur de publication du journal indépendant, Salam Info, détenu depuis le 16 août 2019, aura lieu ce mardi 07 avril 2020 au Tchad.

Ce procès intervient dans un contexte de crise sanitaire majeure et de grave menace de la pandémie de Covid-19 qui sévit dans plusieurs pays y compris le Tchad.

A l’international, plusieurs voix se sont élevées pour demander la libération des personnes détenues afin de leur éviter une contamination généralisée.

Makaila.fr s’inscrit dans cette démarche pour demander à la justice tchadienne de faire preuve d’’indulgence à l’égard des prisonniers pour leur permettre de regagner leurs domiciles et retrouver leurs familles, sains et saufs.

Aussi, nous relevons que dans un pays respectueux des droits et des libertés, le journaliste ne devrait pas être prison.

C’est pourquoi, Makaila.fr exhorte les magistrats tchadiens et la justice d’ordonner la relaxe du journaliste tchadien pour éviter de priver à son fils âgé de 7 ans de retrouver son père.

Makaila.fr considère que cette décision de libérer le journaliste tchadien, réconciliera la justice tchadienne avec les partenaires étrangers et internationaux mobilisés depuis plusieurs mois sur le cas du journaliste qui affronte sa détention avec beaucoup de courage et d’abnégation.

Rien ne peut désormais justifier la détention du journaliste tchadien, Martin Inoua Doulguet. Il doit jouir pleinement de son droit à une mise en liberté pour vaquer à ses activités professionnelles pour qu’il contribue à l’enracinement de la culture démocratique au Tchad à travers l’exercice de la liberté d’expression, un des piliers de la démocratie universelle.

Enfin, Makaila.fr en appelle au sens professionnel des juges tchadiens pour une issue heureuse de cette affaire qui a mobilisé beaucoup d’énergies au Tchad et à l’étranger.

 

Saint-Ouen l’Aumône, le 07 avril 2020

                                                Makaila N’guebla

                                                           Tel :00 33 7 82 49 43 08