Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Mort de 44 prisonniers au Tchad : que mijote Oumar Djidda, Secrétaire Général du RADHT ?

Embarrassées par la mort suspecte de plus de 44 prisonniers supposés ou n appartenir à Boko-Haram, les autorités tchadiennes sont tous les fronts pour étouffer cette affaire encombrante. Car plusieurs organisations locales et internationales de défense des droits réclament du Tchad une enquête indépendante et impartiale pour faire la lumière sur cette mort massive.

 

Au Tchad, les autorités ne savent à quel saint se vouer devant lampleur que prend laffaire des 44 prisonniers supposés ou non appartenir à la secte Boko-Haram. En effet, selon nos sources, le régime de Ndjaména fait recours à Oumar Djidda, Secrétaire Général du Réseau des Associations de Défense des Droits de lHomme au Tchad (RADHT) pour laider  concocter et fabriquer rapidement une enquête intérieure afin de présenter aux partenaires étrangers qui réclament à cor et à cri une enquête totalement neutre.

Lorganisation que dirige Oumar Djidda est connue des Tchad comme étant celle qui est inféodée au pouvoir en place. Elle a été créé et soutenue par  le régime qui lui accorde des financements énormes pour ses opérations et ses activités prétendument appelées de défense de droits humains au Tchad.

Mais ce deal entre le régime et le RADHT ne passe pas car les organisations locales tchadiennes les plus émancipées et celles qui se mobilisent au niveau international sont déjà suffisamment informées de cette manigance la prétendue Ong est entrain de vouloir nous faire avaler.

Oumar Djidda ferait mieux de se taire car cette affaire a mis à nu le manque du respect du Tchad de ses engagements internationaux en matière du traitement des prisonniers de guerre.

Il faut que le Tchad donne la preuve et lidentité des personnes arrêtées et tuées sinon leurs exécutions sont extra-judiciaires et mériteraient une enquête sérieuse et véritable à léchelle internationale.

Makaila.fr