Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Des africains maltraités en Chine: le journaliste sénégalais, Abdoulaye Diop témoigne

Je suis Africain, je suis aussi journaliste. En décembre dernier encore, j’étais en Chine, pour un stage dans le cadre d’une formation gracieusement offerte par l’Institut Confucius, qui ne cesse de multiplier les formations gratuites en Chine pour former les enseignants ou les journalistes comme moi, à la langue chinoise, afin que nous servions de relais ensuite dans nos pays africains.

 

On m’a déjà fait comprendre que je recevrai dès mon retour au pays des subventions pour tout article en faveur de la Chine que je parviendrai à faire publier mais aussi pour tout nouvel étudiant que j’encouragerai dans une formation en langue chinoise. Leur réseau dans la presse africaine est déjà bien en place, y compris chez nos voisins anglophones, il n’y a qu’à voir le nombre d’articles de propagande dans les journaux du continent ! Je ne souhaite pas donner plus de détails me concernant, la politique chinoise étant de faire taire tous les vrais témoignages de ce qu’il se passe en Chine à l’heure actuelle et depuis que le virus a été rendu officiel. Peu de personne oseront prendre la parole et ce sera toujours sous couvert d’anonymat .Nous ne sommes pas beaucoup d’Africains à avoir visité la Chine et j’ai eu beaucoup de mal à m’intégré dans une population qui me considère déjà comme un sous-homme . Ce n’est pourtant pas moi qui alimente un juteux trafic d’animaux sauvages, qu’ils mangent parfois vivants ! Dieu m’en soit témoin. Mais voilà les constats que j’ai pu faire et les éléments concrets que j’ai pu réunir et voir : - La Chine achète le silence : On parle des dictatures africaines mais personne n’ose vraiment employer ce termes concernant la Chine. Pourtant, cette dictature est en train de s’imposer sur le monde et en Afrique. Les autorités chinoise ont avoué à l’OMS être victime d’une épidémie le 31 décembre seulement. Mais la maladie s’est déclarée peut-être même en septembre !! Ce qui lui a laissé 4 mois pour s’étendre dans ces villes chinoises où la densité de population y est similaire à celle de nos villes africaines. Quand on voit le nombre de cas annoncés tous les jours par les gouvernements de l’occident qui ont moins d’intérêt à minimiser les chiffres, on peut aisément imaginer que la Chine nous a belle et bien mentie (probablement pour ne pas entacher la réputation de Wuhan, vitrine de Huawei pour la 5G). Pour conserver leur image, ils ont sacrifié les vies de leurs ressortissants, mais aussi les nôtres ! Ils doivent payer pour cette erreur. La presse africaine, quand elle n’est pas tenue par le gouvernement, elle est tenue par l’argent de Pékin.. C’est pourquoi je me retourne vers un média indépendant professionnel et de confiance comme le vôtre, vous devez faire éclater la vérité et demander clairement, au niveau local, aux autorités chinoises de réparer leur erreur. Et ils ne doivent pas le faire pour la seule sauvegarde de leurs intérêts. Ils le doivent à l’Afrique, qu’ils ont pillée en quelques années plus que le reste du monde dans l’Histoire. Osons briser l’omerta. La censure chinoise a bloqué les réseaux sociaux dès les balbutiements de l'épidémie, la vérité ne viendra pas de là-bas. Un collègue journaliste, pourtant très peu connu, qui étudiait sans arrière pensée l’impact des réseaux sociaux dès le début de la crise, a été sommé de mettre fin à son travail d’investigation. Au moins trois journalistes indépendants chinois ont été interpellés au cours des dernières semaines, alors qu’ils filmaient la situation à Wuhan et postaient leurs témoignages quotidiennement sur les réseaux Sociaux. Sont-ils toujours en vie ?! Je ne préfère pas y penser.. Ils contrôlent et achètent le silence parce qu’ils en ont les moyens. C’est le seul moyen que je trouve pour faire entendre ma voix d’un africain piégé. Ma voix et mon témoignage sont pour mon continent et mon pays. Je souhaite préserver mon identité afin de ne pas être inquiété, ni perdre mes seuls revenus. - L’origine du virus : Le virus a bien commencé en Chine et s’est propagé rapidement, trop rapidement. Si le gouvernement chinois n’avait pas fermé les yeux et ne l’avait pas caché au reste du monde, s’il était intervenu cinq jours plus tôt, le nombre de personnes contaminées aurait été au moins divisé par trois, et c’est scientifiquement prouvé dans l’étude rendue publique le 8 mars par l’équipe du spécialiste des maladies respiratoires Zhong Nanshan dans le magazine économique Caixin. Surtout dans un pays, officiellement moderne et à la pointe de la technologie mais où les services de santé sont encore très inégaux et insuffisants. Ce n’est un secret pour personne : 1,5 médecin pour 1 000 personnes. Il s’agit de chiffres même reconnus par l’OMS. A l’heure actuelle, l’ensemble de la communauté internationale et le continent africain semblent oublier que les autorités chinoises n’ont reconnus que très tardivement l’existence de l’épidémie à Wuhan, alors qu’elles avaient été averties dès la fin du mois de décembre 2019 par le docteur Li Wenliang, lequel est décédé le 6 février dernier. La Chine a dissimulé les premiers cas, la Chine a menti sur les chiffres, la Chine a continué à exporter et échanger avec les autres pays sans aucun scrupule. J’étais pourtant encore en Chine quand Pékin, inquiète de l’évolution de la situation, a pris la décision de confiner ses militaires au début du mois d’octobre. Avec toutes les dissimulations et les mensonges, il est difficile de retracer le parcours de la maladie, aussi le contexte de mondialisation et de libre circulation des personnes. Les informations disponibles dans les médias retracent cependant une contamination de la Chine à l’Amérique du Nord dans un premier temps, ensuite à l’Iran puis à l’Europe, avant par la suite de s’attaquer au reste du monde. La probabilité que le virus a été importé par des ressortissants chinois en Afrique est aussi élevée que celle que la maladie a été importée par d’autres nationalités (européenne, africaine et autres) sur le sol africain. Rappelons, entre autres, qu’Ethiopian Airlines a maintenu ses vols de transport de passagers jusqu’à la fin du mois de mars 2020 entre la Chine et l’Afrique (qui héberge disons-le de plus en plus de travailleurs chinois) !!! Ces mêmes avions que la Chine utilise maintenant comme hub pour faire le chemin à l’envers pour faire des dons de masques…..quelle ironie ! mais tout le monde se laisse berner et applaudit !! - Quelques rappels historiques : Je tiens a rappelé que la Chine a déjà eu la même attitude il y a moins de 20 ans. Et pourtant, tout le monde semble déjà l’avoir oublié. Rappelons la crise du SRAS en 2003 (nous pourrions rappeler la grippe espagnole en 1918, grippe asiatique en 1957, grippe de Hong Kong en 1968.. toutes nées dans ces réservoirs à virus que sont les marchés, où sont entassés, avec les poules et les porcs, une multitude d’animaux sauvages comme la chauve-souris, célèbre dans la communauté scientifique depuis 2013 pour héberger une trentaine de coronavirus). Le SRAS était déjà un type de coronavirus, apparu au Guangdong à Foshanen en novembre 2002. La Chine avait déjà dissimulé cette épidémie, qui n’a été considérée comme officiellement terminée qu’en mai 2004. Les marchés aux animaux avaient à l’époque été interdits, car reconnus comme étant à l’origine de la pandémie. Ils ont rapidement ré ouvert… permettant à l’heure actuelle de revivre cette épidémie, mais de manière plus intense, plus grave encore, encore plus mondialisée. Le bilan de la crise du SRAS 2002-2004 : 54 milliards de dollars pour moins de 800 morts dans le monde, une trentaine de pays affectés, 10 000 personnes infectées. - Quel sera le bilan de ce Covid-19 ? (ce petit nom choisi par l’OMS sous la pression de la Chine.. coronavirus chinois, utilisé par la communauté scientifique depuis le début, aurait été plus véridique) Pour l’instant (et j’entame ce brouillon de mail le 3 avril), on parle d’un million de contaminés, plus de 51 000 morts, 180 pays touchés.


Aux Etats-Unis seulement, on parle de 245 000 malades. Même le pays le plus puissant du monde a du mal à faire face à cette crise. Tout ça parce que les autorités de Pékin nous ont caché la maladie pendant 4 mois.. Aujourd’hui ils se positionnent en sauveurs parce que ce sont les seuls à sortir la tête de l’eau et à ne plus être débordés par la pandémie, ce sont les premiers à contenir la crise (mais après 4 à peut-être même 7 mois), ils ont pu tout calculer ensuite. Mes amis restés en Chine craignent pour leur vie, ils voient des dizaines de malades autour d’eux, des gens mourir, ils ne peuvent pas enterrer leurs morts (la plupart incinérés comme dans une usine macabre) et pourtant, ils ne vivent pas dans un foyer de contamination. La Chine n’annonce qu’un peu plus de 3 000 morts, et vous voulez croire ça ?? Je n’aime pas le président Trump mais oui, bien sûr qu’il a raison, la Chine nous ment ! Et elle accuse les pays touchés d’une « sur-communication » autour du virus qui aurait rendu paranoïaque sa population, on croit rêver ! Jusqu’où ira-t-elle ?!

 

Abdoulaye Diop
africascoop2020@mailo.com)