Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

19 cas de Covid-19 signalés à Ebolova : les agences humanitaires doivent évacuer le Général Mahamat Kodo Bani et plusieurs Tchadiens détenus
19 cas de Covid-19 signalés à Ebolova : les agences humanitaires doivent évacuer le Général Mahamat Kodo Bani et plusieurs Tchadiens détenus

Détenus depuis 2017, le Général Mahamat Kodo Bani et plusieurs autres tchadiens accusés de coup d’Etat en Guinée-Equatoriale, sont désormais dans une situation de détresse à cause de la propagation que prendre la pandémie de Covid-19 en Afrique et dont la ville d’Ebolova où sont transférés depuis le 10 août 2019 ces personnes.

Au niveau international, les appels se multiplient à travers le monde pour solliciter des différents Etats le désencombrement des prisons compte tenu de la pandémie de Covid-19 qui ravage l’humanité impuissante en passant de pays à pays. C’est dans ce contexte particulier de crise sanitaire majeure que la situation du Général Mahamat Kodo Bani et plusieurs Tchadiens détenus à la prison d’Ebolova, frontière équato-guinéenne, a été porté à notre connaissance.

Selon nos sources, 19 cas de Covid-19 ont été détectés à Ebolova au Cameroun. Des cas de traitements inhumains sont signalés entre autres ; discrimination, stigmatisation, provocations, violences physiques et morales en tous genres à l'encontre des détenus font état.

Au regard de ces informations alarmantes et préoccupantes, il est urgent que les organisations humanitaires spécialisées sur la question manifestent leurs soutiens l’égard des détenus et œuvrer pour leur évacuation de ce lieu de détention qui devient n’est plus sécurisé pour ces personnes retenues injustement. Il ne faut pas que le mobile de leur maintien en prison ne devienne une source des financements pour l’Etat camerounais qui transgresse le droit humanitaire qui leur concède aussi des droits en tant que prisonniers.

La seule démarche qui convienne dans ce cas, il faut que les agences humanitaires interviennent auprès du Cameroun pour dénouer l’épineuse question qui se pose en termes des droits humains et de justice sociale.

Makaila.fr