Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Le CICR doit faire un plaidoyer pour les prisonniers au Tchad

Une équipe de la représentation du Comité international de la Croix Rouge (CICR) au Tchad, a effectué une visite, ce mardi 31 mars à la prison d’Amsinéné pour sensibiliser les détenus sur les gestes barrières contre le Coronavirus. Mais cette visite est mal perçue par les concernés qui ont relevé des observations à l’organisation humanitaire au sujet de leur situation carcérale difficile.

L’appel émis en direction des Etats membres de l’ONU, par la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU, Michelle Bachelet appelant à la libération immédiate de prisonniers à travers le monde ne semble attirer l’attention du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) face à la pandémie de Coronavirus qui continue ses ravages planétaires.

Selon nos informations, une équipe du CICR s’est rendu ce mardi à la prison d’Amsinéné où sont détenus des milliers de personnes dans des conditions carcérales insupportables et suffocantes en cette période caniculaire qui prévaut au Tchad.

 L’équipe du CICR a apporté des savons et des gels dans le but de sensibiliser les détenus sur l’hygiène corporelle afin d’éviter la contamination du virus.

Un détenu prenant la parole a rappelé à l’organisation humanitaire qu’il s’agit pas de leur donner des savons et de gel mais de faire respecter leurs droits en transmettant leurs doléances aux autorités compétentes pour obtenir leur libération.

Cet appel auquel adhèrent plusieurs prisonniers est bel et fondé parcequ’en prison les détenus ne peuvent pas s’éviter étant donné qu’ils sont déjà confinés comme des sardines dans de petites pièces exiguës.

Ce qui est urgent et essentiel dans cette situation, le CICR doit faire un plaidoyer auprès du Gouvernement tchadien pour obtenir la libération des détenus dont les peines sont légères en s’appuyant sur l’appel de la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU pour justifier sa démarche que de divertir les gens par une visite infructueuse.

Makaila.fr