Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Affaire Moussa Faki/Union africaine: réaction

L’article publié par le Mail & Guardian et qui reprend des éléments d’une prétendue pétition des fonctionnaires de l’UA contre leur chef, Moussa Faki Mahamat, semble apparemment démenti par les faits. Il faut d’ailleurs préciser qu’en dehors du M&G, aucun autre journal Sud-africain n’a daigné reprendre cette histoire.

En effet une lecture attentive de la lettre signée par le Sud-africain Sabello, président de l’association des fonctionnaires de l’UA, permet de relever une longue série de contre vérités, mais aussi d’allégations qui relèveraient purement et simplement de la diffamation. Des sources internes à l’UA que nous avons contacté nous ont fait savoir par ailleurs que M. Sabello aurait eu maille à partir par le passé avec sa compatriote Dlamini-Zuma, au sujet d’une lettre anonyme qu’il aurait fait circuler et qui attaquer de manière frontale l’ensemble des fonctionnaires de l’UA qui sont  francophones et de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. M. Sabello aurait dans cette lettre traité les francophones de vendus à la France, et auraient ouvertement dénigrés les cadres originaires de plusieurs pays francophones, mettant en doute leur qualifications et leurs diplômes, obtenus selon lui dans des sous universités, des universités françaises. M. Sabello aurait été identifié comme l’auteur de cette lettre et une procédure disciplinaire avait d’ailleurs été ouverte contre lui. Il faut préciser qu’à cette époque, M. Sahl, fonctionnaire d’origine soudanaise et qui vient d’être confirmé au poste de Chef de la Division des RH, était en charge de l’unité en charge des questions disciplinaires. 

 
Une lecture attentive de la prétendue pétition évoque des irrégularités dans les nominations. En effet, les nominations aux postes de responsabilités au sein de cette organisation se font uniquement par voie de concours. Toutefois, depuis 2014, les dirigeants de l’UA avaient décidé de donner une possibilité de promotion et de confirmation aux postes de responsabilités aux fonctionnaires qui assuraient des intérims sur ces postes. D’ailleurs M. Sabello lui même avait été nommé au poste qu’il occupe actuellement par M. Faki, en Novembre 2018, suite à un intérim qu’il avait effectué. La nomination de M. Sahl s’est faite selon les mêmes procédures: une période d’intérim d’au moins deux ans, suivie d’une évaluation interne et une recommendation par le comité des nominations. Beaucoup de fonctionnaires s’étonnent d’ailleurs que M. Sabello puisse dénoncer aujourd’hui une mesure favorable dont il a été bénéficiaire. Mais quelques fonctionnaires avec qui nous nous sommes entretenus dans l’anonymat nous font savoir que M. Sabello essayerait de se venger de M. Sahl parceque ce dernier était en charge de l’enquête qui l’avait mis en cause lors de l’affaire de la lettre anonyme contre les francophones à l’époque de Mme Zuma. 

L’union africaine fait face en ce moment à une des plus graves crises sanitaires à laquelle l’Afrique ait jamais été confrontée. Le Président de la CUA doit en effet coordonner les travaux des différentes agences de l’Union et spécialement celui du Centre Africain de Contrôle des Maladies qui est aux premiers fronts contre le COVID-19. L’Union n’a pas le temps de faire un nécessaire travail de nettoyage dans les rangs de ses fonctionnaires. Mais même en reps normal, cette année 2020 s’avérerait compliquée pour Moussa Faki, à cause des élections qui se pointent à l’horizon pour janvier 2021. Comme en toute période électorale, les coups bas s’organisent et des messes basses sont dites pour contrer une éventuelle réélection des dirigeants. L’Union africaine est devenue ces trois dernières années une maison plutôt sexy, du fait des succès multiples obtenus par Faki sur le terrain de la consolidation des zones de libres échanges économiques ou sur les questions de partenariats internationaux, mais aussi autour des sempiternels problèmes de paix et sécurité. La Commission Faki a en effet remis l’UA au sein des enjeux et en a fait un partenaire sérieux face aux puissances internationales. Il est donc évident que l’UA attire les convoitises, et qui dit convoitises dit forcément intrigues... Cette vraie fausse pétition dans laquelle très peu de fonctionnaires se reconnaissent serait-elle le premier tir de sommation d’un éventuel compétiteur de M. Faki pour le perchoir du président de la CUA?  L’article publié par le Mail & Guardian et qui reprend des éléments d’une prétendue pétition des fonctionnaires de l’UA contre leur chef, Moussa Faki Mahamat, semble apparemment démenti par les faits. Il faut d’ailleurs préciser qu’en dehors du M&G, aucun autre journal Sud-africain n’a daigné reprendre cette histoire. En effet une lecture attentive de la lettre signée par le Sud-africain Sabello, président de l’association des fonctionnaires de l’UA, permet de relever une longue série de contre vérités, mais aussi d’allégations qui relèveraient purement et simplement de la diffamation. Des sources internes à l’UA que nous avons contacté nous ont fait savoir par ailleurs que M. Sabello aurait eu maille à partir par le passé avec sa compatriote Dlamini-Zuma, au sujet d’une lettre anonyme qu’il aurait fait circuler et qui attaquer de manière frontale l’ensemble des fonctionnaires de l’UA qui sont  francophones et de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. M. Sabello aurait dans cette lettre traité les francophones de vendus à la France, et auraient ouvertement dénigrés les cadres originaires de plusieurs pays francophones, mettant en doute leur qualifications et leurs diplômes, obtenus selon lui dans des sous universités, des universités françaises. M. Sabello aurait été identifié comme l’auteur de cette lettre et une procédure disciplinaire avait d’ailleurs été ouverte contre lui. Il faut préciser qu’à cette époque, M. Sahl, fonctionnaire d’origine soudanaise et qui vient d’être confirmé au poste de Chef de la Division des RH, était en charge de l’unité en charge des questions disciplinaires. 

 
Une lecture attentive de la prétendue pétition évoque des irrégularités dans les nominations. En effet, les nominations aux postes de responsabilités au sein de cette organisation se font uniquement par voie de concours. Toutefois, depuis 2014, les dirigeants de l’UA avaient décidé de donner une possibilité de promotion et de confirmation aux postes de responsabilités aux fonctionnaires qui assuraient des intérims sur ces postes. D’ailleurs M. Sabello lui même avait été nommé au poste qu’il occupe actuellement par M. Faki, en Novembre 2018, suite à un intérim qu’il avait effectué. La nomination de M. Sahl s’est faite selon les mêmes procédures: une période d’intérim d’au moins deux ans, suivie d’une évaluation interne et une recommendation par le comité des nominations. Beaucoup de fonctionnaires s’étonnent d’ailleurs que M. Sabello puisse dénoncer aujourd’hui une mesure favorable dont il a été bénéficiaire. Mais quelques fonctionnaires avec qui nous nous sommes entretenus dans l’anonymat nous font savoir que M. Sabello essayerait de se venger de M. Sahl parceque ce dernier était en charge de l’enquête qui l’avait mis en cause lors de l’affaire de la lettre anonyme contre les francophones à l’époque de Mme Zuma. 
 
L’union africaine fait face en ce moment à une des plus graves crises sanitaires à laquelle l’Afrique ait jamais été confrontée. Le Président de la CUA doit en effet coordonner les travaux des différentes agences de l’Union et spécialement celui du Centre Africain de Contrôle des Maladies qui est aux premiers fronts contre le COVID-19. L’Union n’a pas le temps de faire un nécessaire travail de nettoyage dans les rangs de ses fonctionnaires. Mais même en reps normal, cette année 2020 s’avérerait compliquée pour Moussa Faki, à cause des élections qui se pointent à l’horizon pour janvier 2021. Comme en toute période électorale, les coups bas s’organisent et des messes basses sont dites pour contrer une éventuelle réélection des dirigeants. L’Union africaine est devenue ces trois dernières années une maison plutôt sexy, du fait des succès multiples obtenus par Faki sur le terrain de la consolidation des zones de libres échanges économiques ou sur les questions de partenariats internationaux, mais aussi autour des sempiternels problèmes de paix et sécurité. La Commission Faki a en effet remis l’UA au sein des enjeux et en a fait un partenaire sérieux face aux puissances internationales. Il est donc évident que l’UA attire les convoitises, et qui dit convoitises dit forcément intrigues... Cette vraie fausse pétition dans laquelle très peu de fonctionnaires se reconnaissent serait-elle le premier tir de sommation d’un éventuel compétiteur de M. Faki pour le perchoir du président de la CUA? 

 

 

GONGOLO SONKEY