Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Un journaliste tchadien publie un plaidoyer pour la liberté d'expression

Paris, France (PANA) – Le journaliste tchadien de la rédaction Afrique de la Deutsche Welle, Eric Topona Mocnga, a lancé officiellement, ce vendredi à Paris, la publication de son livre intitulé « Misère et grandeur de la liberté d’informer » qui, tout en relatant son arrestation, puis son départ du Tchad, plaide pour une presse plus libre et mieux protégée.
 
Éric Topona Mocnga, ancien journaliste à l’Office national de radiodiffusion et télévision du Tchad (ONRTV) et ex-secrétaire général de l’Union des journalistes tchadiens (UJT), a été arrêté le 6 mai 2013 à N’Djamena après avoir été convoqué par le juge d’instruction pour une « affaire le concernant » et s’est retrouvé le même jour en détention à la maison d’arrêt de la capitale tchadienne.
 
Le journaliste tchadien, libéré le 18 août 2013, après une centaine de jours en prison, grâce à la mobilisation de ses confrères et des organisations internationales de la presse, avait été inculpé de « complot et atteinte à l’ordre constitutionnel », charges pour lesquelles il risquait une peine de prison à perpétuité.
 
Six années après sa sortie de prison, et après plusieurs menaces qui l’ont poussé à s’exiler, Eric Topona relate son histoire personnelle, s’enchevêtrant avec sa vie professionnelle, dans son ouvrage divisé en quatre grandes parties allant du récit de son arrestation jusqu’à son installation en Allemagne dans la ville de Bonn où il collabore avec les services Afrique de la Deutsche Welle.
 
« Mon souhait est de voir ceux de mes confrères qui auront lu cet ouvrage et auront connu sous d’autres latitudes les affres de la répression contre la liberté de la presse témoigner pour une presse toujours plus libre et mieux protégée », a écrit Eric Topona, titulaire d’une licence ès sciences juridiques et une maîtrise ès sciences juridiques obtenues en 2005 à l’université d’Abomey-Calavi, au Bénin.