Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: la CTDDH exige la libération de son Secrétaire Général Mahamat Nour Ahmed Ibedou

Communiqué de Presse N°63//CN/CE/19

La Convention Tchadienne de Défense des Droits de l'Homme (CTDDH), informe l'Opinion Nationale et Internationale ternationale que son secrétaire général, le camarade Mahamat Nour Ahmed Ibedou, est arbitrairement arrêté et illégalement détenu dans les locaux de la Maison d'arrêt d'Amsinéné, ce jeudi 5 décembre 2019 sur orde du juge au 7ème cabinet d'instruction Raphaël Ponga.

Cependant, le camarade Mahamat Nour Ahmed Ibedou a été entendu sur procès verbal en présence de ses avocats devant les officiers de police judiciaire pour diffamation. Mais le lendemain,le deuxième subtitut du Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de N'Djamena Mahamat Saleh Bremé lui brand un nouveau procès verbal faisant mention d'une affaire de meurtre et complicité de meurtre dont-il ignore et sur lequel sa signature n'a pas été apposée. Malgré tant d'irrégularités constatées et relevées ça et là par les avocats de la défense,les magistrats ci-dessus cités ont placé le camarade Ibedou sous mandat de dépôt.

La CTDDH n'est pas du tout surprise de cette attitude irresponsable et irrégulière que laissent manifester les magistrats et autorités judiciaires qui sont souvent maniables et corrompues. Puisqu'en septembre dernier elle avait organisé une conférence de presse pour dénoncer les insuffisances et les méfaits de la justice Tchadienne soumise aux ordres du pouvoir exécutif, surtout quand les proches parents du système Déby soutenu aveuglément par Emmanuel Macron sont partis au procès.
Ce qui paraît paradoxale dans cette affaire, est sa coïncidence avec la ténue de la 34ème Conférence Internationale des Barreaux(CIB) qui s'est ténue du 3 au 6 décembre ici à N'Djamena. Aussitôt appris le déroulement de cette affaire, une dizaine d'avocats étrangers venus pour la circonstance se sont joints au conseil d'Ibedou pour faire triompher la vérité. Malheureusement, au lieu de se fier à la loi et dire le droit,magistrats obligés du pouvoir Tchadien couvert par Emmanuel Macron ont refusé d'entendre raison et ont envoyé le camarade Ibedou en prison sans aucune base légale( aucune plainte ).Ceci a amené les avocats étrangers de considérer cet acte comme une provocation à leur égard.

La CTDDH, indique que cette détention illégale de son Secrétaire Général est une forme d'encouragement pour elle de lutter davantage contre les injustices pratiquées par le pouvoir Tchadien et de poursuivre le même combat longtemps qu'elle vivra.Elle souligne aussi que l'époque de prolifération des menaces et d'intimidations est révolue et sa position reste toujours inflexible.

La CTDDH, présente d'abord, ses sincères remerciements à tous les éminents avocats nationaux qu'étrangers qui sont intervenus et mis leur expertise dans le but de la manifestation de la vérité.Ensuite, Ses remerciements vont également à l'endroit des organisations de défense des droits de l'homme et de la société civile nationales et internationales, aux tchadiens de la diaspora ainsi qu'aux leaders des partis politiques.Enfin, ses remerciements vont aussi à l'égard de tous ceux qui sont mobilisés durant trois jours notamment les journalistes,militants et sympathisants de la CTDDH ainsi que les anciennes victimes du régime Hisseine Habré.

Enfin, la CTDDH demande la libération immédiate et sans conditions du camarade Secrétaire Général Mahamat Nour Ahmed Ibedou. Elle met en garde le gouvernement,les Itnos et les magistrats impliqués dans cette affaire contre une éventuelle atteinte à l'intégrité physique et morale de son Secrétaire Général.Elle les prendra pour responsables de tout ce qui résultera.

Fait à N'Djamena,le 6 décembre 2019

Pour le comité exécutif

Le secrétaire à l'encadrement et à la formation des droits de l'homme.

ABBAS ALHASSAN