Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

CPDC : DÉCLARATION COMMUNE DU 24 DÉCEMBRE 2019

RÉPUBLIQUE DU TCHAD                                   Unité-Travail-Progrès

 

                                         N’Djamena, le 31 décembre 2019

 

CONFÉRENCE DE PRESSE

DES PARTIS POLITIQUES DE L’OPPOSITION SIGNATAIRES

DE LA DÉCLARATION COMMUNE DU 24 DÉCEMBRE 2019

 

 

Déclaration liminaire

 

Mesdames, Messieurs les Journalistes,

Mesdames, Messieurs les Chefs de parti,

Chers Invités,

Mesdames, Messieurs,

 

Les partis politiques de l’opposition démocratique signataires de la Déclaration commune du 24 décembre 2019, nous ont fait l’honneur de nous désigner pour assurer provisoirement la coordination du groupe. C’est à ce titre que nous sommes chargés de l’organisation de cette conférence de presse qui sera animée par l’ensemble des Chefs de parti signataires ici présents.

 

Mesdames, Messieurs,

 

Une nouvelle année commence demain. Nous nous faisons le devoir, au nom des Chefs de part signataires de la Déclaration Commune du 24 décembre 2019, de vous adresser nos vœux sincères de bonne santé, de paix et de bonheur. Nous nous devons de rechercher et de trouver des motifs d’espérance, en dépit de la situation générale du Tchad qui se dégrade d’année en année et qui inspire de plus en plus d’inquiétude.

Des partis politiques de l’opposition viennent de sonner l’alarme en adressant, au Président de la République et aux partenaires de la communauté internationale, une Déclaration Commune, le 24 décembre 2019, signée par vingt-deux (22) partis politiques, mais qui reste ouverte à tout parti politique qui voudrait s’associer à la démarche.

 

Les partis politiques ont déploré que :

 

  • sur le plan économique, la pauvreté s’est généralisée malgré la mise en exploitation des gisements de pétrole depuis 2003 ;

 

  • sur le plan social, le Gouvernement, par des mesures draconiennes a réduit les salaires et les droits sociaux, ainsi que les crédits de fonctionnement de l’Administration et des Institutions de l’État ;

 

  • sur le plan sécuritaire, les conflits intercommunautaires et les actes de banditisme aggravés par la prolifération des armes de guerre provenant des arsenaux de l’armée et des pays voisins, sèment la désolation ;

 

  • sur le plan politique, la situation est bloquée en raison du refus du Président de la République de dialoguer avec les acteurs politiques.

 

C’est dans ce contexte chaotique que sont envisagées des élections législatives et communales, dans un processus qui s’organise au mépris des lois et des acquis des précédentes tentatives d’amélioration de notre système électoral.

 

Dans leur Déclaration Commune, les partis politiques de l’opposition démocratique affirment avec force, que le processus en vue des élections législatives et communales annoncées, ne peut plus se poursuivre de façon unilatérale, avec des violations flagrantes et délibérées des lois.

 

Ils demandent solennellement au Président de la République, l’ouverture dans les meilleurs délais, des discussions sur le processus électoral engagé. Faute de quoi, les partis politiques signataires de la Déclaration Commune se verront dans l’obligation d’entreprendre des manifestations pacifiques telles que prévues par la Constitution et les lois en vigueur, pour se faire entendre.

 

L’opinion nationale et internationale sera prise à témoin et le Président de la République sera responsable de tout ce qui adviendra.

 

Merci de votre aimable attention. Nous sommes à votre disposition pour apporter des réponses aux questions que vous voudrez bien nous poser.