Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Pratiques abusives et de l’arbitraire à Mongo : le chef du B2 sème la terreur et désolation dans la population

Mahamt Harane, c’est de lui qu’il s’agit, chef des renseignements militaires de la zone 3 à Mongo au Guéra, région centrale du Tchad. Il est accusé d’user de son statut et de son influence pour régner en maître absolu sur des paisibles citoyens terrorisés par ses abus du pouvoir.


En effet, selon nos informations, le mercredi 20 novembre, Mahamat Harane s’est rendu au Commissariat de Mongo pour enlever deux jeunes avec la complicité du Commissaire. Ces derniers ont été accusés prétendument accusés d’avoir séquestré une fille. Il les a conduits au camp militaire de Mongo pour les torturer en leur mettant des piments dans les yeux. Pratiques récurrentes faisant partie des méthodes des tortures dans les prisons tchadiennes.
Après avoir maltraités et humiliés ces jeunes, il les a raménés agonisants à la cellue du Commissariat de Mongo.
Un militant des droits de l’homme révolté a déclaré à Makaila.fr : cette affaire ne relève pas ni de sa compétence ni de son pouvoir. C’est de l’arbitraire auquel, nous assistons ici dans le Guéra depuis qu’il est affecté chez nous » consterné par cette situation.

Notre interlocuteur dit avoir alerté Abdelnasser Garboa, directeur au Ministère de la justice en charge des droits de l’homme. Il n’a pas voulu réagir à la demande du militant.
Devant ces pratiques abusives de plus en plus répandues dans la région, la population excédée réclame le départ du Chef des renseignements militaires de la ville afin qu’elle vive en paix et dans la quiétude sans être subir des formes violences.
La rédaction de Makaila.fr a tenté en vain de joindre le procureur de Mongo pour entendre sa version.

A l’instar des autres populations du Tchad qui subissent le même sort des responsables militaires et administratifs, celle du Guéra paie un lourd tribut et ne mérite pas d’être de nouveau maltraité par des agents des renseignements.

Cette situation doit s’arrêter sinon, la population n’écartera pas l’option de s’insurger contre le régime en place. Car elle est réputée insoumise devant les provocations.

Makaila.fr