Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: la CTDDH alerte l'opinion sur l'état d'urgence et les violations à l'encontre des populations civiles

La CTDDH relève les limites de l’état d’urgence imposé aux populations de l’Est du Tchad et appelle à une mobilisation des organisations humanitaires

Communiqué de presse n°38/2019

La Convention Tchadienne de Défense des Droits de l'Homme (CTDDH) informe l'opinion nationale et internationale que les conséquences de l'état d'urgence décrété par le Président Idriss Deby à l'Est et au Nord du pays continuent à peser lourdement sur les citoyens habitant les villages concernés par cette situation d'exception.

En effet, des rapports alarmants de nos points focaux et correspondants dans la région étayés par des appels téléphoniques des villageois eux mêmes, souvent confirmés par certains militaires issus des rangs même des auteurs des exactions appuyés par des images font état d'une recrudescence grave des violations des droits de l'homme à l'Est du pays.
Dans leur zèle à vouloir produire coûte que coûte des résultats en vue de l'arrivée prochaine d'IDRISS Deby dans la région, les forces dites de l'ordre se livrent à des bastonnades, des tortures les plus inhumaines,des pillages des biens des villageois et des confiscations massives des motos surtout celles en bon état.
C'est ainsi que le matin du vendredi 27 Septembre 2019, des militaires ont investi le village de MARCHOUD situé à seulement 33 kilomètres d'ABECHE: ils arrêtent une trentaine de villageois à qui ils passent brutalement des menottes ; ils se saisissent du chef de village Abdassadikh Adam Nour, ĺui enlèvent les menottes et après l'avoir ligoté les mains derrière le dos lui couvrent la tête avec un sac plastique contenant du piment ; et c'est seulement à ce moment que la question de posséder ou non des armes lui est posé.
Pendant ce temps, les autres villageois sont forcés par les militaires à rester au soleil et surtout à se tenir le visage face aux rayons solaires. Ceux qui osent détourner le regard sont aussitôt passés à tabac à coup de crosse et piétinés sans ménagement. Ces hommes ont donc subi ces supplices d'environ 8 heures du matin à 17 heures. Ces hommes n'ont donc pas pu effectuer la prière du vendredi et contraints ainsi de ne pas pouvoir remplir leurs obligations religieuses.
Par ailleurs, plusieurs sources concordantes font état de viols de femmes mariées qui, pour des raisons évidentes refusent de parler; nos points focaux et correspondants ont néanmoins relevé deux tentatives de viol prouvées par des militaires la nuit du vendredi au samedi sur les personnes de Noura IBRAHIM et de Souad Moustapha Ishakh.
Ces femmes mariées n'ont trouvé leur salut que grâce à leurs voisines qui en relayant les cris des victimes ont fait fuir les militaires violeurs.
L’un des militaires avait même été attrapé par trois hommes qui l'ont conduit devant leur chef; celui-ci ordonna de le mettre aux arrêts ; il est déchaussé et gardé à l’ écart du groupe ; mais ayant compris la gravité de la situation,le chef de ce détachement et ses tortionnaires ont quitté le village samedi très tôt à l'aube emportant avec eux les motos des villageois et certains objets de valeurs pillées.

La Convention Tchadienne de Défense des Droits de l'Homme (CTDDH) lance un appel pressant aux organisations internationales défendant les droits de l'homme et leur demande de s'investir pour faire cesser le calvaire vécu par les villageois à l'Est et au Nord du pays à cause de l'état d'urgence.

D'autre part, la CTDDH réitère sa demande au gouvernement de faire accompagner les militaires chargés des fouilles par les représentants des organisations de défense des droits de l'Homme.

Fait à Ndjamena le 30 Septembre 2019

Le Secrétaire Général

                                                                                                                     Mahamat Nour IBEDOU