Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Pourquoi les “Élites” de la famille Ourada rejettent-ils le Sultan Chérif?

Je voudrais d’abord souligner que le fait que l’autorité de N'Djamena ait nommé, par décret, le nouveau sultan de Dar-Ouaddai n’a rien de sinistre; après tout, son prédécesseur avait également été nommé par le même président en 2005. D'autres personnes, principalement des membres de la famille Ourada, ont crié qu'une tradition importante avait été négligée, car le processus de désignation aurait dû être mené à l'aide d'une consultation familiale, puis l'autorité pouvait approuver le choix de la famille et signer le décret en conséquence.
Je serai le premier à soutenir la position des critiques si ce qu'ils entendent par "consultation familliale" inclut également tous les Ouaddaïs, en particulier, selon la tradition, inclut les principaux clans de Maba Autoctons qui ont souscrit à la tradition de succession au moment de la création du royaume. Maintenant, que pense la famille Ourada après avoir été délibérément exclue du processus de consultation engagé depuis des siècles? Je dirai que le sentiment est réciproque pour nous, leurs sujets, lorsque nous avons été constamment exclu du processus de sélection du Sultan.
J'espère que dans l'avenir un "organe consultatif" plus large et plus représentatif sera créé et qu'un nouveau processus de succession pourra être adopté et approuvé par le gouvernement de N'Djamena. Rappelons-nous que le Royaume n'est pas un État indépendant. Le prestige et la gloire du royaume ont été souillés le 2 juin 1909 lorsque le Capitaine Fiegenschuh et ses cortèges ont marché de Ouadi Choke à Abbéché.
La succession sur le trône du Royaume de Dar-Ouaddai s'est rarement déroulée sans heurts. L'histoire nous apprend que sultan Acyl a été nommé le 23 août 1909 par une décision militaire, personne n'a été consulté. Même le père fondateur du clan Ourada, le sultan Mahamat Ourada, a été désigné par le décret n° 150 du 1er octobre 1934; c'était au détriment des princes censés se trouver au sommet de la ligne de succession, il s'agit de :
1. Bachir, fils du sultan Doud-Mourra; et 2. Ab Guirein, fils du sultan Adoum Acyl.
Ce qui s’est passé, c’est que le royaume de Ouaddaï est tombé sous la domination coloniale et qu’il a ensuite été plongé dans la dure réalité d’être une entité administrative au sein d’un État-nation bien défini. En fait, même le "régent" Ali Essilek a entamé son second mandat sur le trône par un décret de N'Garta Tombalbaye en 1970. À cet égard, le sultan Chérif n'est pas celui qui est le plus peu recommendable étrange/bizarre personne de la famille; comme le voudraient certains des Ouradas le peindre.
Nous ne connaissons pas le calcul ou la base sur laquelle Idriss Déby avait fait son choix du sultan de Dar-Ouaddaï, mais nous savons que les autochtones Maba lui ont apporté leur soutien et que le Sultan a bénéficié d'un accueil très vif à Abbéché. Pas seulement le sultan Chérif, mais aussi Idriss
Déby qui n’avait jamais bénéficié d’une telle réception auparavant à Abbéché. Les Abbéchois euxmêmes ont été choqués par l'anthoussiasme des villageois qui ont envahi "Am Dradir" en masse.
En fait, avant que l'encre ne sèche sur le papier de l'arreté n° 015 / PR /.... suspendant Mahamat OuradaII. Son propre cousin, Yacoub Saleh Ourada, a saisi l'opportunité de vexer son cousin et piétiner son corps pour saisir le rubis du royaume; voir l'extrait...
SULTAN AT ABASSIDE DU DAR OUADDAÏ REPRESENTATION DE N'DJAMENA
Procès-verbal de désignation Suite à la diffusion de l'arrête n° 015/PR/MATSPGL/2019 du 29 mai 2019, portant suspension du Sultan du Ouaddaï, motivé à travers un Laxisme avéré et complaisance à outrance dans la gestion des affaires du Sultanat laissant ainsi s'instaurer un désordre total engendrant une confrontation meurtrière entre communautés......
.... A ce titre, suivant une large concertation, toute la communauté résidant à N'Djaména et ses environnants s'accordent en symbiose harmonie à la proposition de Mr Yacoub Saleh Ourada comme nouveau Sultan du Dar-Ouaddaï en remplacement de son Cousin défaillant (sic).
Si le Maba autocton a finalement poussé un grand soupir de libération du poignet des Ouradas, pourquoi les "élites" et de autre partis de l’opposition ne mis pas la main à la pâte avant de se lancer dans leur réaction très négative et hostile de la nomination de sultan Chérif? The vigorous reaction and the intense campaign mounted in social media networks and even from some respected opposition groups, shows that the only aim of these group is to discredit and delegitimize sultan Chérif and paint him as an outsider who has no rights to the throne. I am sure all these groups would change their mind and arrive to a complete opposite conclusion if they talked to the people of Ouaddaï. 
Les personnes qui expriment leur indignation et crient des épithètes diffamatoires à Chérif et à ses partisans n'essayent pas de s'asseoir et de faire l'enquête necessaire sur la situation réelle. Ces personnes ne sauront jamais ce qui est arrivé à la population de Dar-Ouaddaï. À l'avenir, certains de ces politiciens pourraient se rendre dans cette région du pays en quête de voix électorales et en soutien à leur parti politique. Aujourd'hui, même la famille du sultan déchu ne veut pas et ne peut pas le défendre. Un opérateur politique sérieux et habile aurait pu avoir un point de vue plus modéré s'il parlait avec ceux qui ont souffert durant les décennies.


Pour les Maba, qui ont souffert et supporté le poids de l'injustice pendant toutes ces années; ils voient que Dieu a finalement répondu à leurs appels et a guidé Idriss Deby pour qu'il passe enfin le bon appel, ils ont attendu si longtemps pour l'entendre. Comme nous l'avons mentionné précédemment, nous ne connaissons pas le calcul du président, mais au moins pour le moment, ce changement est bon aux yeux des villageois. Idriss est un dictateur depuis presque trente ans, mais même une horloge cassée indique l'heure correcte, au moins deux fois par jour.
Pour les Maba, qui ont souffert et supporté le poids de l'injustice pendant toutes ces années; ils voient que Dieu a finalement répondu à leurs appels et il a guidé Idriss Deby, pour une fois, pour qu'il passe enfin le bon appel. Ils ont attendu si longtemps pour l'entendre. Comme nous l'avons mentionné précédemment, nous ne connaissons pas le calcul du président, mais au moins pour le moment, ce changement est bon aux yeux des villageois. Idriss est un dictateur depuis presque trente ans, mais même une horloge cassée indique l'heure correcte, au moins deux fois par jour!

Affaatimé