Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

« Le rôle du Tchad dans le conflit centrafricain », thème de recherche en France« Le rôle du Tchad dans le conflit centrafricain », thème de recherche en France

Allié précieux de la communauté occidentale et de la France en particulier, principal soutien du régime d’Idriss Deby, le Tchad fait l’objet d’un thème de recherche dans une université française pour son rôle néfaste dans le conflit qui a éclaté en 2012 en Centrafricain en causant la division entre la population  et semant une désolation profonde du pays.

Pays voisin de la Centrafrique, le Tchad qui brille pour sa réputation dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Sahel, est pourtant mis sur le banc des accusés pour son rôle trouble dans le conflit qu’a connu en 2012 ce pays.

Depuis 2013, la République centrafricaine est confrontée à un conflit armé qui a ébranlé les fondements de l’Etat qui peine désespérément à se relever malgré l’implication massive de la communauté africaine et internationale.

Dans le cadre des travaux des recherches, le conflit centrafricain intéressé certains chercheurs qui tentent d’identifier les différents acteurs ayant joué un rôle pour mettre en mal la cohésion sociale et l’unité nationale d’un pays jadis réputé pour son vivre ensemble entre les différentes composantes.

C’est justement ce sujet qui a retenu l’attention d’un chercheur que nous avons eu le privilège de rencontrer lors de ses travaux de recherche à Paris dans une administration publique. Il nous a longuement parlé de la responsabilité du Tchad et du Congo qui ont d’une manière ou autre ensanglanté la République par leurs soutiens militaires, politiques et diplomatiques à des groupes armés dont les leaders sont à leur dévotion.

Idriss Deby et Denis Sassou Nguesso qui sont soutenus par Paris et imposés à leurs populations, sont des véritables pompiers pyromanes d’une Afrique dominée, instrumentalisée et malmenée à cause de leurs responsabilités diverses et variées.

La preuve est que le chef rebelle centrafricain Nourredine Adam, activement recherché par la Cour Pénale Internationale (Cpi) circule en toute impunité dans la capitale tchadienne, pourtant le Tchad est signataire du traité de Rome de cette juridiction à  vocation internationale. De même que les autres acteurs potentiels ou majeurs du conflit centrafricain bénéficient toujours des moyens financiers et des documents leur permettant de se déplacer sans être inquiétés dans la sous-région.

Selon ce chercheur d’origine africaine tant que la France ne cesse d’apporter son soutien inconditionnel à des régimes africains comme celui de Ndjaména et de Brazzaville, l’Afrique centrale demeura, une zone confligène dont les conséquences seront les déplacements internes des populations, les réfugiés de guerre et climatiques, la mal gouvernance, l’absence d’un Etat de droit et de la démocratie. Il invite Paris à prendre son courage en main pour démocratiser l’Afrique centrale.

Aider l’Afrique centrale c’est aidé ses organisations de la société civile et les démocrates à se débarrasser de leurs potentats locaux dont la longévité au pouvoir bat le record dans le monde.

 

Makaila.fr