Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad : chez la communauté Boulala, la lignée cantonale de Moussa KAW contestée,  Idriss Deby appelé à la raison

Au Tchad, la désignation des chefs des cantons est devenue à la mode et d’actualité dans toutes les communautés du pays. Certaines nominations à ces responsabilités sont politisées. Elles sont devenues des sources d’inquiétudes et des conflits entre les différentes composantes au sein d’une même région. C’est dans ce cadre que la désignation récente d’un certain Moussa KAW, au titre de chef de canton de Ndjaména Boulala, a suscité des réactions d’indignation chez certains leaders communautaires qui ont diffusé des vidéos protestant contre ce dernier. Ils appellent Idriss Deby à la raison et estiment que Moussa KAW n’appartient pas à la lignée des chefs des cantons chez eux. Pour ce fait, ils demandent au président tchadien d’annuler ce décret de nomination pour éviter des conflits internes à la communauté.

En exil en France, Hassan Oumar Idriss, membre de la communauté Boulala exprime aussi sa frustration. Il affirme suivre avec une attention ce qui se passe dans la région de Ndjaména Boulala où le nouveau chef de canton aurait provoqué un conflit inter-communautaire. Il le met en garde contre toutes dérives. Selon lui, les Boulala du monde entier vont se mobiliser contre cet usurpateur du  titre cantonal.

En tout état de cause, ces dernières années, n’importe quel groupe social, clanique et ethnique émerge et réclame un cantonnât. Ce qui pose véritablement des soucis de cohabitation et de vivre ensemble dans une même région, une même communauté entre les différents ressortissants.

 Malheureusement Idriss Deby continue à surfer sur le levier tribal pour diviser les uns et les autres afin de maintenir l’équilibre politique et la perpétuité de son pouvoir qui n’a aucune légitimité populaire. Les Tchadiens ne doivent pas s’identifier ou être représentés par des chefferies imposées qui n’ont aucune émanation historique.

Makaila.fr