Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Paris:  Le collectif Ni Guerres Ni état de Guerre se penche sur la présence de l’armée française en Afrique
Paris:  Le collectif Ni Guerres Ni état de Guerre se penche sur la présence de l’armée française en Afrique
Paris:  Le collectif Ni Guerres Ni état de Guerre se penche sur la présence de l’armée française en Afrique

Crée en en janvier 2016, le Collectif, Ni Guerrs, Ni état de Guerre, plateforme regroupant  des associations, des syndicats et des personnalités indépendantes,  a organisé une réunion publique,  le 30 mai  de 18 heure 30 à 21 heure dans les locaux de l’Union Syndicale Solidaire pour se pencher sur la problématique de la  présence des troupes françaises en Afrique. Elle vise à éclairer l’opinion publique sur les interventions militaires de la France qui coûtent des milliards d’euros en termes des dépenses aux français.

A l’initiative du Collectif Ni Guerres Ni état de Guerre, un débat animé par Marielle Debos, Maitresse de Conférence à l’Université de Nanterre et Raphaël Granvaud, membre de l’association SURVIE, a réuni dans les locaux de l’Union Syndicale Solidaire, un public nombreux.

Ce débat modéré par Ludivine Bantigny, Porte-parole du Collectif, s’inscrit dans le cadre de solidarité internationaliste qui fait partie des piliers de cette plateforme qui revendique entre autres le retrait des bases militaires françaises dans les ex-colonies, la lutte contre la militarisation des esprits, la dénonciation du trafic et de livraison   d’armes de guerre françaises comme ce qui a révélé dans les médias.

Selon Raphaël Grandvaud, auteur d’un ouvrage « que fait l’armée française en Afrique », l’opération Barkhane reste la plus importante depuis la guerre d’Algérie.  Elle a pour deux objectifs : Renseigner les forces et neutraliser l’adversaire. Il souligne que les autorités françaises dramatiser certains conflits pour justifier et légitimer les interventions militaires.

Pour lui, la France est obnubilée par la question sécuritaire au point qu’elle fait un faible contrôle démocratique à l’égard des régimes autoritaires comme au Tchad, au Niger et au Mali.

Bilan mitigé de l’opération Barkhane

Après cinq (5) ans d’intervention et de présence militaire de l’opération au Sahel, Raphaël juge mitigé le bilan parce que selon lui l’insécurité s’est intensifiée avec le retour des djihadistes au Mali et dans la sous-région, l’accord de paix n’a pas réglé le conflit, la tension intercommunautaire a pris une proportion inquiétante.

De l’avis de la spécialiste du Tchad, Marielle Debos, auteure d’un livre « Le Métier des armes au Tchad ». Paris ignore royalement des dynamiques locales qui s’organisent contre les régimes autocratiques en place avec la contrepartie d’une sorte de rente diplomatique   face aux pratiques violentes de ces pouvoirs.

Gabonais, Ivoiriens  et Tchadiens venus nombreux ont réagis depuis le public en proposant la mise en place des organisations panafricaines pour fédérer et converger les actions contre la politique africaine.

Makaila.fr