Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Lutter contre l'immigration irrégulière: l'ONG sénégalaise ADHA incite les jeunes à entrepreneuriat

Contribution : Sensibilisation sur la migration : ADHA incite les jeunes à l’entreprenariat pour contrer la migration irrégulière

 

Contrer la migration irrégulière peut passer par d’autres alternatives pour les jeunes comme la création d’emploi et l’auto-entreprenariat.  C’est la conviction de l’Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) qui a entamé hier dans le cadre de la mise œuvre du programme de sensibilisation sur la migration dans les instituts et lieux publics, initiée a tenu un panel suivi d’échanges sur le thème «la jeunesse, l’emploi et la migration : réalités et perspectives» dans un institut qui accueille 14 nationalités africaines .

Placé sous le parrainage du célèbre journaliste, analyste politique, Mame Less Camara, cette importante activité, a réuni plusieurs professeurs d’université, chercheurs , des journalistes, experts  des Nations Unies, des fonctionnaires, des élus locaux, des directeurs et des étudiants dans la matinée du samedi 4 Mai 2019  dans les locaux de l’institut HECM.

Revenant sur l’importance du Thème, Adama Mbengue, juriste de formation et Président de l’ADHA a expliqué que selon les dernières statistiques, « sur 200 000 diplômés demandeurs d’emploi qu’accueille chaque année le marché du travail sénégalais, seuls 30 000 parmi eux ont accès à la vie professionnelle »

Un phénomène qui pousse les jeunes à la quête de l’Eldorado, ou le mirage de l’occident toujours perçu comme un paradis par de nombreux africains. Pourtant d’autres, comme l’auto-entreprenariat existent pour la jeunesse africaine et sénégalaise plus particulièrement.

Et c’est dans ce cadre que le Comité d’action et de réflexion sur les Droits économiques, sociaux et culturels des migrants en situation irrégulière de l’ADHA, en relation avec les différents acteurs dans ce domaine, a entamé dans les instituts de formation et lieux publics, des actions visant à conscientiser les jeunes sur les dangers de la migration irrégulière et réfléchir sur ces alternatives.

Dans son intervention, un exposé sur le thème jeunesse, migration clandestine, les droits socioéconomiques et culturels des migrants en situation irrégulière, un aspect largement disserté avec l’éclairage de  Illan Acher, un expert associé des droits de l’homme, du bureau régional Afrique de l’ouest du Haut-commissariat des nations unies aux droits de l’homme HCDH.

Plusieurs  autres interventions ont ponctué ce cadre d’échanges dont le thème largement abordé, «  l’emploi des jeunes, l’auto-emploi, l’entreprenariat ».

Abdoulaye Fall, un juriste, chercheur et manager, venu de Belgique, est revenu sur le chômage endémique dont fait face la jeunesse, croire en soi, avoir une bonne maitrise des sociétés et entreprises possibles de créer est une réponse aux contrats précaires souvent offerts.

Mais cela passe selon lui, par relever d’autres défis comme une bonne maitrise de la gouvernance d’entreprise, ce qui fait souvent défauts aux PME. C’est en ce sens que l’Etat a été appelé à harmoniser les positions avec ses agences créées pour accompagner ces petites entreprises.

Djibril Togola, Directeur Technique du Fonjip a apporté son éclairage sur les missions et rôles des agences étatiques dédiées à ces entreprises. L’éminent Professeur Samba Juriste et Directeur de l’Institut des Droits de l’Homme et de la Paix de l’Université Cheikh Anta Diop qui a dit le mot de la fin en rappeler le rôle et devoir des acteurs pour trouver une alternative à cet épineux problème.