Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Le chef de la diplomatie tchadienne taxé de favoritisme

« MOUSSORONISER » la diplomatie tchadienne, objectif principal de Monsieur Cherif Mahamat Zène, actuel Ministre des Affaires Etrangères du Tchad

Nommé le 24 décembre 2017 à la tête du département chargé de l’exécution de la diplomatie tchadienne, laquelle est définie par le Président de la République du Tchad, Cherif Mahamat Zène fait de la nomination quotidienne de ses parents de Moussoro dans les missions diplomatiques du Tchad, son cheval de bataille. « SUPER » Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine, de la Coopération Internationale et de la Diaspora, il est très vite devenu de par ses actes de népotisme et de clientélisme avérés, Ministre des Affaires « Moussoroniennes », de l’Intégration de la Région de Bahr El Ghazel, de la Coopération et du Favoritisme des filles et fils de Moussoro et de la Diaspora Moussoronienne. L’homme aurait pu demander à l’Académie Française d’ajouter le verbe moussoroniser au vocabulaire français s’il en avait la possibilité. Peut-être qu’il le fera comme avec lui tout est possible. De nature toujours pressée d’apporter les grandes réformes et de mettre fin aux « régimes de ses prédécesseurs », ce qu’on qualifierait de règlement de compte, il a commencé à peindre le mur du ministère et à responsabiliser les jeunes parfois peu qualifiés et certains cadres du ministère jubilaient déjà de satisfaction illusoire dès ses premières heures. « En fin nous avons un super ministre, il va apporter un changement, il va faire ceci, il va faire cela or ‘WEN[1]’ » ?

 

Vous vous réjouissez pour gémir plus tard a dit l’un des proches collaborateurs qui connaissait très bien Zène pendant qu’il était ambassadeur à Addis et à New York. Evidemment, cette flatterie était de courte durée car l’homme du 24 décembre 2017 y est venu avec ses idées bien préconçues : profiter de sa présence pour placer les siens partout où besoin se fait sentir peu importe qu’ils soient qualifiés ou pas. Imaginez une seule seconde que Cherif Mahamat Zène devienne Président de la République, mêmes les chefs de nos villages seront originaires de sa région avec cette allure.

L’homme qui va à la vitesse de la croisière a tout d’abord changé l’organigramme dont la première version du 12 mars 2018 portait beaucoup d’erreurs de forme et de fond. Il a fallu très vite faire rectifier ces erreurs et publier une autre version du 7 juin 2018 qui porte toujours des erreurs bien que mineures. La dernière version communément appelée 1313, supprime les postes de premier conseiller dans la plupart des ambassades, pour quelle cause Dieu seul sait, tout en créant les postes de conseillers juridiques, environnementaux, en questions sociales, commerciales etc. répondant peut-être aux profils des siens.  L’arrêté de nomination des Chefs de Division a été signé, annulé quelques jours plus tard parce qu’il portait des erreurs et a été repris et publié le 8 septembre 2018 nommant même certains analphabètes à la tête de certaines divisions. Dans ledit arrêté, il a eu le courage de nommer un ministre plénipotentiaire Chef de Division. La note verbale du 17 décembre 2018, adressée au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération du Benin, relative à la désignation d’un agent consulaire Monsieur Saleh Ahmat Adoum (un commerçant de fer à bétons, transitaire à Cotonou, parent du ministre semble-t-il) comme Consul intérimaire, un Consul « SPECIALEMENT SPECIAL » puis qu’il joue le rôle de chargé d’affaires au consulat selon les termes de la note verbale, visée par le « plus haut gradé diplomate » Ambassadeur Cherif Mahamat Zène. Cherif aurait pu simplement instruire ses proches collaborateurs de lui établir ladite note verbale sinon qu’ils lisent au moins même s’ils ne sont pas forcément associés à « ses choses », afin de pouvoir déceler ces erreurs de forme et de fond dans la correspondance à envoyer à l’extérieur, surtout que l’image du pays en dépend. Ce n’était pas le cas, le « Super Ministre », toujours pressé a juste envoyé la Note Verbale. Aujourd’hui l’homme a signé une note de service en date du 21 février 2019, redéployant tout le personnel dans les différentes directions des services centraux mais son application pose problème. Une note de service qui aurait pu être signée par le Directeur Général, Chef de l’administration et des ressources humaines mais puisque le « Super Ministre » contrôle tout, il a bien voulu le faire lui-même.

 

Par ailleurs, les stagiaires et personnes peu qualifiées ou expérimentées, qu’elles soient du ministère ou pas, sont promues pendant que les cadres expérimentés et dotés de grandes potentialités croupissent à la maison ou sous les locaux du ministère sachant qu’il y a des postes vacants dans l’administration centrale et les ambassades. Tant qu’on n’a pas les siens pour placer, les postes peuvent rester vacants pendant autant de temps.

Ahmat Makaila, un journaliste de formation et un « va-nu-pieds » dans le domaine de la diplomatie a été nommé porte-parole du Ministère le 25 avril 2018, occasion pour ce dernier de profiter de sa présence pour un stage de perfectionnement en diplomatie. Pendant que ce dernier n’a pas encore terminé sa période de stage puisqu’il faut par exemple, suivre un stage d’une année pour les fonctionnaires de la diplomatie nouvellement recrutés, avant d’être titularisés et prétendre bénéficier de promotion, une autre manne lui tombe du ciel. Le monde fonctionnant à l’envers chez Zène, il a fait de lui, au bout de quelques mois, Ambassadeur du Tchad auprès de la Confédération Helvétique (Suisse) et Représentant permanent auprès de l’Office des Nations-Unies à Genève (ONUG) et autres organisations internationales. Un poste aussi important qui aurait pu être confié aux cadres expérimentés tels que Monsieur MADOU FATCHOU SANGUEH, actuel Directeur Général du ministère ou MOUSSA MAHAMT DAGO, ancien ministre et ancien Secrétaire Général du Ministère.

DASSIDY DJEVET par exemple, ancien Secrétaire Général Adjoint du Ministère pour sa part est nommé Premier Conseiller en Chine bien qu’il mérite le poste d’Ambassadeur, vu ses responsabilités dans les missions diplomatiques du Tchad et au niveau de l’administration centrale. Une manière de signifier à l’intéressé que si tu n’es pas d’accord, je ne manquerai pas du mien pour placer à ce poste. Aussi, n’est-il pas rare de voir les ministres plénipotentiaires, les conseillers et secrétaires des affaires étrangères, bref les cadres supérieurs et moyens qui errent dans les locaux du ‘Foreign Office’ ne sachant à quel saint se vouer.

Zène sait-il qu’il existe la question de la géopolitique et de l’équilibre régional ? Il suffit juste de regarder les noms des ambassadeurs du Tchad à l’extérieur pour avoir la réponse à cette question aussi pertinente. Un diplomate de formation peut-il être nommé Médécin-Chef, par exemple, dans un hôpital ? Pourquoi le contraire peut-il être possible ? Les jeunes conseillers du ministre lui donnent-ils des conseils ? Conseillers du ministre, demandez à votre ministre de lire et d’appliquer les textes qui régissent la diplomatie et si possible de faire sortir le statut particulier du personnel et ce dernier, lui en sera au moins reconnaissant, de son passage à la tête du département.

Une personne déclarée Persona non grata c’est à dire personne n'étant pas la bienvenue dans un pays d’accréditation comme le Cameroun par exemple, peut-elle bénéficier à nouveau de la nomination dans le même pays pendant qu’il y a des cadres qui peuvent mieux faire ? Seul Cherif, super juriste et de surcroit ministre chevronné, peut répondre à cette question par l’affirmative.

 

Selon les sources dignes de foi, aujourd’hui ni les collaborateurs les plus proches notamment l’inspection générale et les ressources humaines, habilitées à recruter, former et promouvoir, ne sont associées de près ni de loin au processus de nomination « zenienne ». Que zène sache que si le Président de la République qui lui a confié cette responsabilité moins encore ses prédécesseurs (Nagoum Yamassoum, Moussa Faki Mahamat, Hissein Brahim Taha etc.) en faisaient autant, il n’allait peut pas rester ambassadeur plusieurs années avant de devenir ministre en 2017.

 

Il est tant que le Président de la République, Chef de la diplomatie tchadienne tranche pour pouvoir redresser la diplomatie et lui redonner ses lettres de noblesse.

 

Enfin rien de ce monde n’est éternel, tout n’est que vanité, le bureau que tu occupes aujourd’hui quelqu’un l’a occupé hier et un autre l’occupera demain a-t-on coutume de dire. Si aujourd’hui beaucoup d’articles critiquent très négativement l’attitude de l’homme de Moussoro, appuyés par la montée en « puissance » du syndicat et les brouhahas du couloir en sa défaveur, tout ceci n’est pas fortuit. C’est peut-être le présage de la fin des temps selon les termes d’autres sources qui indiquent que l’homme compterait ses jours donc il faut se précipiter pour placer les siens partout.

 

Il ne reste que le personnel ait assez de courage de dire Cherif dégage pour que l’homme de Moussoro sache que le personnel en a marre duNEPOTISME CRIARD, AVERE, EXAGERE, EXCEPTIONNEL etc.

Wait and see disent les anglais.

J.S.W. Mht, Fonctionnaire

Tchad

 


[1] Arabe locale du Tchad signifiant où même.