Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

France : la ville de Bagnolet s’érige en bouclier pour l’opposant et réfugié politique Mohamed KHADAMI
France : la ville de Bagnolet s’érige en bouclier pour l’opposant et réfugié politique Mohamed KHADAMI
France : la ville de Bagnolet s’érige en bouclier pour l’opposant et réfugié politique Mohamed KHADAMI
France : la ville de Bagnolet s’érige en bouclier pour l’opposant et réfugié politique Mohamed KHADAMI

Ce vendredi 22 mars 2019, à 20heures, la salle du théâtre l’Echangeur de Bagnolet, a accueilli une conférence-débat sur l’affaire de M.Mohamed KHADAMI, leader du Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie (FRUD), membre de l’opposition djiboutienne et réfugié politique depuis 1999 en France.

Mis en examen pour une attaque contre l’armée djiboutienne qui date de plusieurs années, les autorités françaises ont autorisé l’ouverture d’une enquête judiciaire à l’encontre de Mohamed KHADAMI, titulaire de statut de réfugié politique en France. Il a été entendu par un juge d’instruction sur la base d’une commission rogatoire diligentée par les autorités autocratiques de Djiboutiennes.

Prenant la parole en qualité du directeur de la salle du Théâtre l’Echangeur, M.Régis  HEBETTE a souhaité la bienvenue aux invités puis situé le contexte de cet événement qui s’inscrit dans le cadre de la dynamique de solidarité internationale et des enjeux géopolitiques qui animent son organisation culturelle. Il a aussi rappelé que si la salle de théâtre a décidé d’abriter cette rencontre parce qu’il estime tout à fait naturel que Mohamed KHADAMI vit depuis plusieurs années à Bagnolet et mérite d’être soutenu dans sa défense contre l’oppression qu’il subit de la part d’un régime persécuteur.

Plusieurs personnalités politiques, des responsables et militants associatifs solidaires ainsi que des membres de la famille et amis de l’opposant, ont répondu présents à l’appel du comité de soutien mis en place pour le défendre et le protéger contre un risque d’extradition ou d’expulsion vers un pays où sa vie est en danger. Tous ont rappelé le caractère liberticide et non démocratique du régime djiboutien qui opprime et terroriste depuis 43 ans son peuple.

En qualité d’intervenante, Catherine CHOQUET, présidente de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) 93, a d’abord, rappelé que M.KHADAMI est bénéficiaire de statut de réfugié au titre de la Convention de Genève de 1951 relative à la protection des réfugiés et apatrides. De ce point de vue, il ne peut ni être expulsé ni renvoyé dans son pays d’origine que s’il représente une menace pour la France. Or, en aucun Mohamed KHADEMI n’a menacé la France.

« Aucune vie humaine ne doit et ne peut être marchandée » a-t-elle ajouté visiblement irritée par le recul grave et de nombreuses atteintes aux droits et libertés en France.

Me Berenger TOURNE, avocat de Mohamed KHADAMI a accusé directement les autorités Françaises de se livrer à ce qu’il appelle désormais du « Troc judiciaire » entre Paris et Djibouti. Parce qu’ll s’agit d’une volonté d’échanger son client contre un certain Wahib Nasri, un Libyen recherché dans le cadre de l’affaire de Sarkozy. Il a trouvé refuge à Djibouti.

L’avocat français a rappelé aussi depuis des années, des ong internationales dont Amnesty International, Human Rights Watch, (HRW), la FIDH et des organisations américaines ont produit des rapports sur la situation catastrophique des droits de l’homme à Djibouti. Il  a été également  le conseil juridique du célèbre prisonnier politique djiboutien, Mohamed Ahmed Djahba, mort en prison. Le pouvoir djiboutien lui a refusé l’évacuation sanitaire et humanoïde pour recevoir des soins.

Dans un public totalement acquis à la cause du leader du FRUD, parmi lesquels, des sénateurs communistes comme Pierre LAURENT. Des intervenants ont demandé à la Mairie de Bagnolet d’envisager la possibilité de le reloger dans un autre appartement pour des raisons de sécurité. Car ils estiment que sa vie et celle des membres de sa famille sont désormais en danger.

Le comité de soutien à Mohamed KHADAMI, prévoit une autre rencontre pour renforcer la coalition et contraindre les autorités françaises à renoncer à cette procédure judiciaire qui ressemble à un marchandage.

L’opposition djiboutienne pour une transition démocratique

Mohamed KHADAMI a révélé que l’agitation du régime de djibouti à son encontre,  n’est pas étrangère à la mobilisation  ces derniers temps, de l’opposition en exil et à l’intérieur, qui s’organise et se structure afin de mettre en place un ensemble inclusif qui transcende les querelles et clivages. C’est bien ce regroupement politique favorable à une transition démocratique dans le pays qui inquiété Ismail Oumar GUELLEH, a souligné M.KHADAMI, plus que jamais renforcé par une solidarité transnationale.

Makaila.fr