Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Au Tchad, 41 partis politiques signataires d'une lettre ouverte qui interpelle Idriss Deby sur le processus électoral et le climat politique délètère dans le pays //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

De l'exclusion au Guéra: lettre ouverte à Idriss Deby ITNO

 

Seid Gaya - Ple Seid 
Grønnestølslien 4, 5073
Bergen / Noway
Téléphone: +4748127122
E.mail: bitkine2002@yahoo.fr

A
Son Excellence, Monsieur,

Idriss Deby ITNO,

Président de la République

Lundi, 04 mars 2019

Par cette lettre ouverte, nous informons le Président de la république et l'opinion nationale de quelque chose qui prévaut dans la région du Guéra et dans le département d'Abtouyour.
Aujourd'hui, la situation que vivent les habitants de cette région nous conduit à nous s'exprimer publiquement pour vous informer, Monsieur le Président de la République du Tchad, en même temps que l'opinion publique tchadienne de la situation de cette localité.
En effet, les populations de cette région dont nous sommes issus vivent dans une situation de misère absolue et d’extrême pauvreté. Cette souffrance que subit la population du Guéra résulte de la responsabilité de ceux que l’on appelle des " chefs de files" depuis des décennies et jusqu'à nos jours.
Ces responsables auto-proclamés qui agissent pour leurs propres comptes se sont faits auto-désignés " chefs de file ". Ils ont créé une situation d'injustice sociale et d’insupportable discrimination inter-communautaire en prenant toute la population du Guéra en otage.
Aussi, voulons-nous, rappeler qu’auparavant dans le Guéra, toutes les composantes ethniques vivaient en symbiose sans rejet entre elles. C’est donc par la faute de ces prétendus leaders du Guéra que les populations Hadjaraïs connaissent ces situations d'injustices et d'iniquité créées et entretenues pour diviser les clans et tribus dans toute la région du Guéra. 
Les chefs de file ont développé un clanisme qui rend la situation dangereuse et insupportable dans cette partie de la terre du pays.
Ces dits " cadres " ont berné les populations avec des promesses du Président de la République fabriquées par eux-mêmes et favorisent certains clans au détriment d'autres, voilà le visage de la région du Guéra. Un tribalisme étriqué n'est-il pas contraire aux valeurs que vous défendez Monsieur le Président ?
Monsieur le Président, comment sommes-nous arrivés à une telle situation ?
Le Pouvoir que vous leur avez donné s'illustre dans une incapacité totale à soulager les populations et à travailler à leur cohésion. Bien au contraire, les comportements d'arrogances incroyables, n'apportent que malheur et divisions dans la région. Ils humilient les populations avec des pratiques de discrimination tout en se servant d'eux pour se servir eux-mêmes.
Ces gens ont du mépris pour une partie de la communauté qu'ils représentent et il nous semble aujourd'hui important de mettre à nu ces pratiques que nous considérons criminelles envers la population de cette dite localité.
Les jeunes de certains groupes ethniques se voyant discriminés choisissent de quitter la région pour l'exil avec toute la cohorte de danger à affronter voire même l'engagement dans les luttes armées. Nous ne voulons pas que la région du Guéra se vide de sa jeunesse, nous vous demandons de prendre des mesures idoines pour remedier à cette hémorragie.

Monsieur le Président, notre pays le Tchad s'est battu avec sa dernière énergie pour gagner sa liberté et beaucoup des jeunes du Guera ont versé leur sang pour cette liberté. Ces prétendus « chefs de file » donnent une mauvaise image de votre gouvernement et nuisent gravement à la cohabitation pacifique entre les populations.
Monsieur le Président, nous attirons votre attention pour une écoute attentive aux doléances de cette population et de faire un examen objectif de cette situation.
Nous vous exhortons Monsieur, le Président, de faire un effort afin de résoudre ce problème de soi- disant " les chefs de file " du Guera qui bloquent tout aux jeunes surtout dans les domaines d’accès au travail.
Vous et votre gouvernement n'arrêtez pas de chanter à longueur de journée que l'avenir c'est la jeunesse. Les jeunes sont le fer de lance. Ils incarnent l'espoir. Pourtant très peu ou presque pas d'espace leur est laissé pour la construction de leur avenir, qui est souvent défini sans qu'on les y associe véritablement. Les jeunes du Guera se retrouvent donc exclus dans tous les domaines pour avoir accès au travail. Puisque pour avoir accès, il faut nécessairement passer par" les chefs de file " ou bien par leur réseau. Un Etat dans un autre Etat !
Nous constatons, non sans regrets, qu'en dépit des facteurs humains et économiques très favorables à son développement, le département d'Abtouyour connait un grand retard dans ce domaine. Cette situation tient à des causes dont le diagnostic fait apparaître une grande responsabilité des représentants de l'administration centrale et chefs traditionnels.
Nous assistons dans le département d'Abtouyour à une exploitation illégale essentiellement artisanale par la complicité de ceux que nous avons précités.
Nous sommes profondément choqués par le comportement des chefs administratifs, traditionnels et coutumiers d'être des corrompus.
Malheureusement, nous constatons que malgré les consignes qui ont été données par vous, Monsieur le Président de la République ; elles n'ont pas été appliquées et respectées pour interdire l'orpaillage pour son caractère aussi très dangereux avec les produits beaucoup plus toxiques et mortels sur les êtres humains, les animaux et au niveau environnemental.
Nous saluons à juste titre l’excellent travail réalisé par la population locale et le comité de crise qui a rédigé un rapport détaillé sur le cas de cette exploitation illégale de ce gisement d'or.
Face donc à cette situation que nous venons de porter à votre connaissance, nous exigeons le départ pur et simple de ces administrateurs et leur remplacement par des personnes plus soucieuses de l'établissement d'un climat social plus serein sans la corruption. Il faut immédiatement relever de leurs fonctions les personnes suivantes : le Préfet d'Abtouyour, le sous-préfet de Bitkine et le chef de canton Kenga, pour un manquement de service très grave et dangereux pour la population locale.
Nous osons croire que vous sauriez porter un regard bienveillant à la situation dans le Guéra et vous prions de croire, Monsieur, le Président en l’assurance de notre très haute considération

Pour le comité de réflexion
Seid Gaya - Ple Seid
bitkine2002@yahoo.fr