Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Election RD-Congolaises : l’Union africaine et européenne baissent la voix

Après la proclamation officielle des résultats des élections en République Démocratique du Congo (RDC), confirmant la victoire de Félix Tshisekedi, élu avec un taux de 38,5% contre Martin Fayulu (34,8%)  suivi d’Emmanuel Ramazani Shadary (23%), candidat du pouvoir, on assiste désormais au ton modéré dans les rangs des institutions internationales notamment l’Union africaine et l’Union européenne.

Décidément, il ne sert à rien d’organiser des élections en Afrique dés lors que la prétendue communauté internationale ne garantisse pas tout le processus électoral jusqu’à son terme.

Ce qui vient de se passer en République Démocratique du Congo (RDC), est édifiant et témoigne à juste titre qu’il ne faut pas compter sur la communauté internationale dont la position est souvent versatile et les déclarations controversées.

A peine une semaine, ces « respectueuses institutions » à l’instar de l’Union africaine et de l’Union européenne avaient haussé le ton demandant aux autorités congolaises et à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de transmettre fidèlement les résultats des urnes.

L’organisation continentale à savoir, l’Union africaine avait suggéré de suspendre la proclamation et menacé d’envoyer une délégation à Kinshasa.

Curieusement, depuis hier, le ton a changé, l’Union africaine et l’Union européenne se rangent derrière les résultats de la Cour constitutionnelle et valident l’élection de Félix Tshisekedi.

Cette position variante de ces institutions lance un discrédit sur leur crédibilité et pose un sérieux problème aux observateurs avertis et démocrates qui attendent d’elles plus de fermeté que de la complaisance.

Tout laisse croire qu’en Afrique la tenue des élections n’est qu’une formalité, elle n’est jamais prise au sérieux par le reste du monde y compris les Africains eux-mêmes.

Makaila.fr