Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Audience avec Acheikh Ibni Oumar au Tchad : que faut-il retenir d’Idriss Deby et Hinda qui réussissent à séduire ?
Audience avec Acheikh Ibni Oumar au Tchad : que faut-il retenir d’Idriss Deby et Hinda qui réussissent à séduire ?

Décidément, Idriss Deby et son épouse, Hinda, ne cessent de nous surprendre par leur prétendue générosité en acceptant de recevoir au palais rose de Djambalbahr, à Ndjaména, les figures de la société civile et de l’opposition qui contestent nuit et jour leur règne.

Le 17 mai 2018, Saleh KEBZABO, leader de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Renouveau (UNDR), a été reçu en audience par Idriss Deby alors qu’ il avait  rejeté sa pseudo-réélection en 2016. Cette audience avec Idriss Deby a réduit considérablement la sympathie de l’opinion publique et suscité une méfiance à l’égard du chef de l’opposition tchadienne.

Le 23 octobre 2018, Nadjo Kaina,  du mouvement citoyen Iyina et son adjoint Bertrand Sollo, ont été reçus à leur tour par Hinda Deby au palais présidentiel sous prétexte qu’ils étaient venus lui présenter un projet de la jeunesse tchadienne.

Cette rencontre avec la première dame du Tchad, a provoqué une vague d’indignation dans les rangs des organisations de la société civile locale et à l’international, notamment au sein de la coalition franco-africaine, Tournons la page qui avait toujours soutenu le mouvement citoyen tchadien dans sa lutte contre le pouvoir d’Idriss Deby. Depuis lors, Nadjo Kaina et Bertrand Sollo ont perdu la légitimité de parler au nom de la jeunesse tchadienne et la confiance des soutiens étrangers et internationaux qui interviennent au Tchad. Ils sont désormais  livrés à eux-mêmes et déjà oubliés par le régime.

Acheik Ibni Oumar, figure historique de la lutte politico-militaire, a décidé de regagner le bercail à la faveur d’une loi amnistiant l’opposition armée. Il a été reçu, le 21 novembre 2018, avec deux de ses proches à la présidence par Idriss Deby.

Ces rencontres successives laissent perplexes certains observateurs sur la capacité d’Idriss Deby dont le régime est fortement décrié et contesté à réussir à allier à sa cause des hommes qui ont d’une manière ou autre développé une hostilité à son pouvoir.

En dépit de tout ça et encore fort heureusement, Idriss Deby ni son régime ne sont parvenus à obtenir l’adhésion à leur pouvoir des voix irréductibles d’une partie des Tchadiens et Tchadiennes qui s’opposent à eux et continuent à leur faire jusqu’à leur chute.

Makaila.fr