Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Région du Guéra: la CTDDH outrée  s'insurge contre  l'attitude du Gouverneur qui a arrêté le Chef de canton d'Eref
                                          communiqué de presse n°45/2018
 
La Convention Tchadienne de Défense des Droits de l'Homme (CTDDH) est profondément choquée par le comportement d’une autre époque du gouverneur de la province du Guera M. MAHAMAT ALI HASSABALLAH qui avait mis aux arrêts ce jour 22 Septembre 2018 Le chef de village d’EREF RAMADAN YOUSSOUF, ABDELNASIR TOM et HASSAN MOUSSA qui auraient refusé d’exécuter sa décision pourtant cette affaire foncière avait été préalablement tranchée par la chambre judiciaire de la Cour suprême par arrêt n°054/CS/CJ/SC/2017 déclarant RAMADAN YOUSSOUF et autres légitimes propriétaires de la zone disputée.
 
Malgré toutes les pièces judiciaires présentées par ces derniers, le gouverneur de la province du Guera ordonne arbitrairement aux forces de l’ordre de procéder à leurs arrestations. C'est ainsi qu'ils ont fait l’objet d’une détention illégale et tortures inhumaines injustifiées.. 
 
La Convention Tchadienne de défense des droits de l'homme(CTDDH) prend à témoin l'opinion nationale et internationale de cette nouvelle ingérence des autorités administratives  dans les décisions du pouvoir judiciaire.
A titre illustratif les récentes affaires des provinces de Doba et du Lac.
La récurrence de ces actes illégaux avait toujours fait l'objet de dénonciation de la CTDDH. 
 
La CTDDH rend le gouverneur de la province du Guera entièrement responsable de tout ce qui adviendra en ce qui concerne l’integrité physique de ces personnes soumises à des traitements humiliants et dégradants. 
 
La CTDDH outrée par cette pratique d'une autre époque, rappelle à M. MAHAMAT ALI HASSABALLAH que  le zèle dont il fait toujours montre pour plaire à  Mr  Deby ne lui donne aucunement le droit de violer les décisions judiciaires et ne lui donne pas le droit non plus d'arrêter, torturer, Détenir  arbitrairement et ses concitoyens. 
 
Enfin, la CTDDH exige la remise en liberté immédiate et sans conditions de ces citoyens cités ci haut, faute de quoi, elle fera toutes les diligences afin que ces malheureux recouvrent la plénitude de leurs droits bafoués.
 
                                                          
                                                           Fait à Fait à Ndjamena le 23/09/2018
 
                                            Pour le Secrétaire Général,le chargé des affaires d’urgences
 
                                                                Haggar Mahamat Abdelkerim