Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Pourquoi Idriss Deby renonce-t-il de renverser le président centrafricain ?

Réputé pour son transfert d’agression dans la sous-région et notamment son ingérence militaire dans les pays voisins comme la République Centrafricaine et le Soudan, le dirigeant tchadien qui était sur le point de renverser le président Faustin-Archange Touadera, aurait changé d’avis. Pourquoi ?

Début août 2018, Idriss Deby a reçu plusieurs responsables des groupes rebelles centrafricains opposés au pouvoir légitime de Bangui. Parmi eux, Nourredine Adam, Abdoulaye Hissein et d’autres seraient accueillis dans la capitale tchadienne. Les rumeurs véhiculées à Bangui, faisaient état de la volonté de Paris et de Ndjaména de déstabiliser le président centrafricain, Touadera à cause de son rapprochement avec la Russie.

Mais selon nos informations, Idriss Deby aurait changé d’avis de renverser le pouvoir centrafricain parce qu’il aurait été approché par les autorités russes et reçu d’elles des moyens financiers importants.

Ce virement de situation du dirigeant tchadien, a agacé, les renseignements français basés à Ndjaména qui voyaient d’un mauvais œil l’attitude versatile d’Idriss Deby, manipulateur de ses alliés occidentaux et africains.

Au regard de la présence dans  Bangui des forces russes puissamment armées, Idriss Deby et ses alliés français, sont désormais convaincus que le pouvoir centrafricain n’est plus celui des années précédentes où Paris et Ndjaména font et défont les présidents qu’ils ont portés aux affaires.

A suivre…..

Makaila.fr