Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Département de la Tandjilé- le ministre de l'administration du territoire, Mahamat Ismail Chaïbo a relevé de ses fonctions le préfet nommé par un décret pour le remplacer par un autre qu'il nomme par un message radio //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

La société Coton-Tchad bradée : le personnel agacé par le nouveau DG d’OLAM

La société cotonnière du Tchad, Coton-Tchad SN qui traversait une situation difficile depuis quelques années, est loin de sortir du bout tunnel malgré sa cession à la multinationale singapourienne, OLAM.

En avril dernier, le Tchad a signé un accord avec la firme singaporienne OLAM après avoir cédé 60%  de sa participation à celle-ci. Mais à en croire des sources proches du dossier, la Coton Tchad SN est  désormais confrontée à d’autres difficultés qui posent problème à la souveraineté du pays.

En effet, selon nos informations M.Jacky RIVIERE, Directeur d’OLAM, pose des actes aux relents néo-colonialistes à l’encontre des employés qu’il considère comme sa propriété privée.

Cette déconsidération de M.Jacky  à l’égard des travailleurs de la société Coton a frustré les cadres et subalternes qui se sentent offensés dans leur propre pays. Car, ce dernier affirme et haut et fort qu’il l’accord total du président Idriss Deby pour agir à sa guise.  Une  façon de faire apeurer les voix contradictoires des employés récalcitrants et insoumis.

C’est dans ce climat de tension et de méfiance entre le nouveau Directeur Général d’OLAM et les employés, qu’une menace de renvoi des 500 personnes est en cours d’exécution au sein de la société cotonnière du Tchad. Plusieurs employés, pères des familles risquent d’être en chômage et précarisées sans aucune proposition des mesures d’accompagnement qui puissent leur permettre de supporter ce licenciement qui s’apparente à l’abus du pouvoir.

Toujours plusieurs responsables locaux d’OLAM, le Directeur Général aurait rejeté toutes les propositions qui lui ont été faites par les délégués du personnel leur affirmant que seule sa volonté sera faite et exécutée. Les employés soulignent aussi que depuis son arrivée au Tchad, l’entreprise singaporienne n’a investi aucune sou contrairement à ce qui a été dit lors de la signature de l’accord Il faut rappeler que les 5 à 6 millions qui ont été utilisés pour payer les salaires et autres traitements des expatriés par personne et par mois, appartenaient plutôt à la Coton Tchad SN.

La rédaction de makaila.fr laisse à l’appréciation des lecteurs le protocle entre le Tchad et OLAM.

Makaila.fr

Lire en pdf le protocole: ICI