Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Médias au Tchad- Reporters Sans Frontière (RSF) est préoccupé par le risque élévé qui pése sur les journaux tchadiens indépendants menacés de fermeture. L'Organisation a appellé la HAMA à renoncer à ces sanctions qui ne se justifient pas // La candidature à la présidentielle 2021 du Maréchal Idriss Deby contestée dans un mémorandum signé par plusieurs partis d'opposition au Tchad qui appellent ce dernier à renoncer à se présenter //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Affaire de la présidence au Tchad: Droit de réponse

Droit de réponse

Issa Ali Taher pense que c’est toujours Al-Manna, la cause de ses échecs

Rien de plus étonnant sur la reprise des tirs à boulets rouges sur le PDG du groupe Al-Manna. Eh bien, à chaque fois où Issa Ali Taher se retrouve en chômage, l’homme pense toujours que ses malheurs proviendraient de son ex bienfaiteur et co-régionnaire Abakar Tahir alias Al-Manna. Pour la petite histoire, au moment où il était en poste à la présidence, aucun article incendiaire sur le PDG du groupe Al-Manna n’a été publié sur la toile où dans la presse tchadienne. La bouche qui mange oublie que le repas finira un jour.  Le voilà jeté en pâture en le chef de l’Etat Idriss Déby Itno à cause de son zèle démesuré, l’homme trouve du temps à commander des pamphlets contre celui par qui, il est devenu ce qu’il est aujourd’hui. Quoi qu’il soit écrit pour ternir l’image de la personne, rien ne peut contre la volonté manifeste de Al-Manna, à servir son parti, le MPS. Si le PDG est un mauvais type comme ce dernier le pense, il n’aurait pas fait autant de réalisations dans sa région et même au delà, et aidé autant des jeunes dont un certain Ali Issa Taher, devenu monstre par la suite pou celui qui l’a élevé.

Tout ce qui est publié par cette correspondance particulière n’est que pure mensonge et des hallucinations de l’ex directeur de cabinet de Déby M. Issa Ali Taher qui avait chanté sur tous les toits, qu’il est l’homme de confiance du chef de l’Etat et que sa longévité à la présidence dépendrait désormais de la longévité de Déby au pouvoir. Ce détracteur du régime en place (il est toujours en communication avec les rebelles basés en Lybie), ferait mieux de se taire en attendant que la presse locale et internationale, ne puisse soulever la natte sur ses urines, lui qui a toujours utilisé son ancienne position de Dircab à présidence pour filer des informations à ses amis en rébellion. Foncièrement méchant, ce monsieur qui déteste les cadres sudistes est un élément dangereux pour la cohabitation pacifique, l’unité et la paix dans notre pays. Si le cabinet du chef de l’Etat, composé des cadres de toutes les régions du Tchad avait entonné un cantique d’allégresse à son départ, ce n’est pas pour rien. Le Tchad n’a pas besoin de telles personnes. Out !

Nguerkormadji Edouard