Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Urgent-Tchad-Niger-Libye: plusieurs opposants armés tchadiens détenus au Niger, la CTDDH redoute leur extradion vers le Tchad où leurs vies sont en danger (communiqué de presse de la CTDDH)// La famille Hissein Bourma dans le collimateur de Donald Trump//

Géo-localisation

Publié par Mak

Forum sur la paix et la sécurité en Afrique : Idriss Deby, une star absente à Diamnadio

Ouvert lundi 13 cotobre à Diamnadio, zone touristique aux encablures de Dakar, le 4ème Forum sur la paix et la sécurité en Afrique, a vu participer des Chefs d’Etats et des Gouvernements africains, des responsables politiques européens, des chercheurs et des membres des organisations de la société civile qui ont planché sur l’épineuse question sécuritaire sur le continent.

Habitué à participer aux rencontres régionales et internationales sur le défi sécuritaire, Idriss Deby, dirigeant tchadien dont les troupes se sont illustrées par leur courage et bravoure face aux mouvements terroristes, est excédé ces derniers temps depuis que les puissances étrangères et internationales refusent de céder à sa politique de sondage à leur encontre.

Une Star absente. Traditionnellement, prisé et sollicité par les médias pour recueillir sa réaction, le Chef de l’Etat tchadien, a préféré rester chez lui à Ndjaména pour privilégier la politique nationale face à la crise sociale et politique qui agite son pouvoir.

Idriss Deby est découragé par la mesure anti-migratoire Donald Trump qui a mis placé le Tchad dans la liste des pays qui refusent de coopérer avec les Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme. Ses relations diplomatiques avec le président sénégalais, Macky SALL, se sont dégradés depuis qu’il a tenté de transférer en Afrique centrale bureau de Dakar des Nations-Unies et le manque de considération à l’égard de son homologue sénégalais lors du sommet de Kigali où il a privé de parole ce dernier.

L’opposition et la société civile tchadienne pensent que le Chef de l’Etat est pris dans ses propres contradictions. D’un côté, il veut plaire aux partenaires étrangers et internationaux en finançant lui-même la participation militaire de son armée dans une lutte de dimension régionale et internationale et de l’autre côté, il veut garantir une stabilité politique intérieure par des élections truquées et cautionnées par l’indulgence de la communauté internationale et africaine.

Voilà en voulant trop gagner on perd tout. Il a perdu à la fois une crédibilité nationale et internationale pour se retrouver seul.

Makaila.fr