Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Médias au Tchad- Reporters Sans Frontière (RSF) est préoccupé par le risque élévé qui pése sur les journaux tchadiens indépendants menacés de fermeture. L'Organisation a appellé la HAMA à renoncer à ces sanctions qui ne se justifient pas // La candidature à la présidentielle 2021 du Maréchal Idriss Deby contestée dans un mémorandum signé par plusieurs partis d'opposition au Tchad qui appellent ce dernier à renoncer à se présenter //

Archives

Publié par Mak

Thèse sur la protection juridique des réfugiés et déplacés climatiques:  l'ambassadeur de France au Tchad, membre du jury d'un Tchadien à Nanterre
Thèse sur la protection juridique des réfugiés et déplacés climatiques:  l'ambassadeur de France au Tchad, membre du jury d'un Tchadien à Nanterre
Thèse sur la protection juridique des réfugiés et déplacés climatiques:  l'ambassadeur de France au Tchad, membre du jury d'un Tchadien à Nanterre
Thèse sur la protection juridique des réfugiés et déplacés climatiques:  l'ambassadeur de France au Tchad, membre du jury d'un Tchadien à Nanterre

L’approche régionale de la protection juridique des réfugiés et déplacés climatiques, a fait l'objet d'une brillante thèse soutenue à l’université de Nanterre par le Tchadien, Roméo Koïbe Madjilem devant un éminent jury composé de l’ambassadeur de France au Tchad

L’épineuse question des réfugiés et déplacés climatiques ainsi que leur protection juridique à l’échelle régionale et internationale, préoccupe les chercheurs, les diplomates et la communauté internationale qui s’attelent  à travers des réflexions et des recherches scientifiques pour proposer des solutions appropriées face à la détérioration écologique et environnementale subie par ces derniers.

C'est dans l’enceinte de L’université de Nanterre, en région parisienne, que Roméo Koïbe Madjilem, chercheur tchadien a soutenu sa thèse de doctorat, lundi 30 octobre 2017 à la faculté de droit et sciences politique en partenariat avec le centre de recherche et d’études sur les droits fondamentaux devant un éminent jury qui a jugé et  apprécié son  travail. Durant 3 heures, notre compatriote a fait face à un  jury composé des dix membres dont M. Philippe LACOSTE, ambassadeur de France au Tchad.

Sa thèse dirigée par Mme Sylvia PREUSS LAUSSINOT, porte sur une problématique d’actualité : « la Protection juridique des réfugiés et déplacés climatiques à assurer par les organisations régionales. ».  Il s’est particulièrement penché sur le cas des réfugiés et personnes déplacées dans la région du Lac-Tchad et au Sahel, confrontés aux défis écologiques et environnementaux.

Le but de cette étude vise à trouver des solutions juridiques  aux préoccupations des nouveaux types des réfugiés et déplacés climatiques dont la communauté internationale tente d’assurer la sécurité et de garantir leurs droits fondamentaux à la vie.

Notre compatriote a mené ses travaux sur les instruments juridiques de l’Union européenne et de l’Union africaine.

C’est dans ce contexte particulier que son Excellence, M. Philippe LACOSTE, ambassadeur de France, en sa qualité d’expert reconnu de haut niveau sur les questions climatiques et environnementales a pris part. Il a été la cheville ouvrière du sommet sur le climat de la Cop 21 tenu à Paris du 30 novembre au 12 décembre 2015,  pour avoir été, le Conseiller de Mme Ségolène ROYAL, ancienne ministre de l’environnement sous François HOLLANDE.

 « Il est venu spécialement de Ndjaména pour être membre du jury de cette thèse et y prendre activement part aux riches et intéressants débats », déclare un fonctionnaire tchadien au Ministère de l’Environnement et de l’Energie, rencontré à l’université de Nanterre.

De nombreuses questions ont été posées à Roméo notamment sur les solutions qu’il entend proposer comme réponses juridiques. Il appelle les décideurs politiques africains et la communauté internationale à prendre à bras le corps la question à travers une approche globale et concertée.

A l’issue de la présentation de cette thèse, le jury a apprécié à sa juste valeur le travail de notre compatriote et lui a concédé le titre de Docteur spécialisé sur la protection juridique des réfugiés et déplacés climatiques. Il est ainsi, le premier tchadien à avoir soutenu une thèse et obtenu un doctorat sur cette problématique environnementale et écologique.

Si les travaux de notre compatriote sont à saluer, il appartient toutefois aux autorités tchadiennes et africaines de mettre à la disposition des chercheurs et universitaires les moyens nécessaires pour les encourager afin d’améliorer la situation difficile et de faire respecter les droits des réfugiés et déplacés climatiques dont le sort dépend de manière inévitablement de la mobilisation intégrale de la communauté internationale.

Makaila.fr