Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: Voici le rapport de la société civile sur le cas de Laokein Médard

CTDDH, AFDCPT, MCPL, AJDLCAT

66267981, 66294085, 66377105, 66 727794

 

 

 

Rapport de mission des organisations de la société civile à la prison de Moundou pour visiter LAOUKEINKOURAYO MBAIHEREM Médard, du 26 au 27 août 2017

Introduction

Quatre organisations de la société civile à savoir la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains(CTDDH), l’Association des Femmes pour le Développement et la Culture de la Paix au Tchad(AFDCPT), le Mouvement Citoyen pour la Préservation des Libertés(MCPL) et l’Association des Jeunes pour le Développement et la lutte contre le Chômage et l’Oisiveté au Tchad(AJDLCAT) ont dépêché une équipe qui  s’est  rendue à Moundou afin de rendre visite à LAOUKEIN KOURAYO MBAIHEREM MEDARD, ancien maire de cette ville, incarcéré. Le but de la mission est de voir dans quelles conditions  il est détenu et lui apporter le soutien de la société civile tchadienne dans la procédure judiciaire.

L’équipe des activistes des droits de l’homme, composée de trois  personnes s’est rendue à deux reprises à la prison, d’abord  dans l’après-midi du samedi 26 août2017 puis le dimanche 27 août 2017. Notons que la maison d’arrêtde Moundou est située  à une quinzaine de kilomètres dans une  bourgade appelée Bélaba au nord-ouest de cette ville.

La journée du 26 août 2017

L’équipe s’est rendue à la prison où est incarcéré LAOUKEIN KOURAYO MBAIHEREM MEDARDautour de 16h45 ; c’est un établissement pénitentiaire qui a un triple mur de clôture assez sécurisé et gardé par plusieurs geôliers. Les membres de la délégation ont vu le prisonnier debout accueillir des visiteurs sous un pavillon aménagé pour la circonstance collé à sa cellule. Comme il y a un nombre important de visiteurs, LAOUKEIN KOURAYO MBAIHEREM MEDARDleura demandé de revenir le lendemain matin pour l’entretien.

La journée du 27 août 2017

Dès les premières heures de la matinée du dimanche 27 août 2017, un dispositif policier important est déployé du rond-point de l’entrée nord de Moundou jusqu’à la maison d’arrêt. Or, les agents de renseignements ont eu vent la veille de la venue de la délégation, et le cordon de la police a fait un jalonnement sur toutl’axe menant à la prison voire autour. Les services de renseignements sont à la trousse de la délégation en fouillant dans les hôtels et auberges de la ville. A 9h 38 mn, un véhiculeHilux Toyotaayant trois hommesà bord était venu au lieu de résidence pour les prendre mais nos camarades étaientjuste alertés etsont mis à l’abri de l’enlèvement et de l’arrestation peu avant leur arrivée.

Dans ce climat, ils ont tout de mêmeréussi à se rendre au centre pénitentiaire de Bélaba/Moundou pour le voir.

LAOUKEIN KOURAYO MBAIHEREM MEDARDs’est ouvert à la délégation en leur expliquantque la cabale est jetée contre lui depuis plus d’un an dont l’actuel gouverneur du Logone Occidental en est le principal pilier tacite. Il a fait comprendre que la gestion de la mairie était asphyxiée ainsi par des manœuvres subtiles à son fonctionnement jusqu’à sa destitution. Le sieur Laoukein Médard, de son interpellation musclée par la police à sa garde à vue particulière, est incarcéré depuis le 17 juillet 2017, partage sa cellule avec trois autres. Au départ, il dormait à même le plancher sur une natte, ce qui le rend malade. Il a fallu que son épouse se plaigne auprès des autorités pénitentiaires pour qu’un lit en fer(communément appelé piquot) soit placé pour lui. La cellule tout comme l’endroit est humide et broussailleux, le prisonnier Laoukeina fait comprendre que son état de santé est fragile et chancelant si bien qu’il souvent malade(sa température monte parfois à 41°C et la tension artérielle à 13/8, selon le prélèvement réalisé par son épouse infirmière de son état qui lui administre des soins de temps à autre) ; or l’infirmerie de la maison d’arrêt n’est pas dotée des produits de premiers soins pour les pensionnés. Il n’a pas de possibilité de se laver à l’eau tiède comme il en est habitué ni à son médecin traitant.

Au lendemain de son déplacement en cellule, il a été déplacé dans une autre cellule réservé aux brigands et autres criminels, malheureusement ceux-ci ont riposté vigoureusement contre cette humiliante manière de traiter cet élu local et ancien Ministre. Leur grogne a eu raison des instigateurs de l’affaire, on lui retourne dans autre cellule.

Laoukein Médard a été victime d’une tentative d’empoisonnement à deux reprises par l’entremise de deux femmes venues expressément lui apporter une nourriture. Un constatdûment établi par un huissier de justice a rendu les conclusions à cet effet.

Les visites sont autorisées à des personnes ordinaires excepté les journalistes, militants des droits de l’homme et hommes politiques(les opposants ont été récemment empêchés et éconduits).

Il n’a pas droit au téléphone ni à un poste radio et téléviseur dans sa cellule non éclairée faute de courant. Il a fait installer un panneau solaire qui donne de l’éclairage à toute la prison. Son épouse fait des allers retours trois fois par jour : le matin à 6h, à midi puis vers 16 h pour lui apporter le repas et parfois des soins.

Nous avons eu la copie du rapport d’expertise judiciaire comptable rendu public suite à l’ordonnance 002/CJIM/2017 du juge d’instruction du Tribunal de Grandes Instances de la Cour d’Appel de Moundou. L’expert-comptable agrée auprès de la Cour d’Appel de Moundou, Ndeikoubou Eric a fait mention de zéro détournement devant le nom de LaoukeinKourayoMbaiherem Médard. Alors qu’il est accusé de détournements des biens, usage illicite des biens de l’Etat et complicité. En dépit des conclusions sans appel de la contreexpertise comptable, il esttoujours maintenu en détention.

Son avocat, Maitre Mouandilmadji Boniface a fait l’objet des menaces verbales graves du commissaire central, AhmatFaycal. Son téléphone a été arraché lors de la visite avortée des opposants.

Il ressort de notre visite quelques conclusions. Le sieur Laoukein Médard est victime d’un acharnement personnel haineux du gouverneur de Moundou. Lors de la rencontre des opposants avec le Président, celui-ci leur a demandé de voir le gouverneur et les autorités judiciaires pour cette affaire. Ce qui accrédite la thèse de l’acharnement personnel du gouverneur sur la personne de Laoukein Médard, c’est une affaire politique que judiciaire. L’article 17 de la Constitution de la République du Tchad fait mention de l’inviolabilité et du caractère sacré de la personne humaine. La vie ainsi que l’intégrité physique du prisonnier Médard sont en granddanger à cette prison.

Le silence de la France dans cette affaire. D’autant plus que le principal chef d’accusation est le détournement, nous ne comprenons pas qu’il soit placé en détention alors que le rapport de la contre-expertise comptable ne signale aucun détournement de l’ancien maire.

La mission de l’équipe des activistes des droits de l’homme à Moundou, initialement planifiée pour une durée de trois de jours a été écourtée à cause du harcèlement intenable des autorités administratives et sécuritaires de la région du Logone occidental.

 

Fait à N’Djaména, le 31 août 2017

Les Organisations de la société civile