Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Médias au Tchad- Reporters Sans Frontière (RSF) est préoccupé par le risque élévé qui pése sur les journaux tchadiens indépendants menacés de fermeture. L'Organisation a appellé la HAMA à renoncer à ces sanctions qui ne se justifient pas // La candidature à la présidentielle 2021 du Maréchal Idriss Deby contestée dans un mémorandum signé par plusieurs partis d'opposition au Tchad qui appellent ce dernier à renoncer à se présenter //

Archives

Publié par Mak

Les ennuis d’Idriss Deby avec les Américains remontent depuis l’affaire Moussa Faki avec Rex Tilerson, secrétaire d’Etat américain

Les ennuis d’Idriss Deby ont commencé avec les Américains depuis l’affaire Rex Tillerson, secrétaire d’État américain,  qui a annulé en avril dernier, à la dernière minute, une rencontre prévue à Washington avec Moussa Faki Mahamat, ancien ministre des Affaires Etrangère du Tchad et actuel président de l’Union africaine.

En effet, tout remonte du 17 au 23 avril 2017, où Moussa Faki, ancien ministre des affaires étrangère, qui séjournait à Washington, devrait être reçu pour une entrevue avec Rex Tilleson Secrétaire d’Etat américain.  Subitement à la dernière minute, cette rencontre a été annulée à la demande du Secrétaire d’Etat américain. Alors que Moussa Faki a attendu longtemps avant que le département d’Etat américain ne l’informe que la rencontre est annulée et on lui propose de rencontrer des responsables de second rang.

Cette attitude a été jugée avilissante, par l’ancien chef de la diplomatie tchadienne très irrité. Il comptait à l’époque rencontrer les autorités américaines pour leur parler de la lutte anti-terroriste et de Boko-Haram, dont le Tchad fait face. Mais, les Américains mieux informés sur la question, ont décliné de le rencontrer.

Depuis lors, les Américains se méfient du régime d’Idriss Deby et surveillent de près les agissements de ses proches dans le monde. C’est pourquoi, le décret du département d’Etat ne surprend pas les observateurs les plus éclairés et avertis.

La peur est en train de changer de camp et les dignitaires tchadiens ne peuvent plus circuler ni pavaner dans le monde comme auparavant où leurs femmes font du shoping au Qatar et accouchent dans les hôpitaux huppés aux Etats-Unis.

A Addis-Abeba, à Paris et à Bruxelles, le silence est général, on refuse pour l’instant de se prononcer sur cette question qui devient tabou dans le langage diplomatique.

Pour le moment, les alliés inconditionnels d’Idriss Deby s’autocensurent de commenter le décret du département américain plaçant le Tchad dans la liste noire.

 

Makaila.fr