Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: page d'histoire

Le 21 Aout 1958 le Général de Gaulle Chef des Français Libres pendant la seconde guerre mondiale fait escale à Fort-lamy (l’actuel N’Djamena) en partance pour Brazzaville capitale de l’Afrique Equatoriale Française (A.E.F)


Accueilli ici dans la capitale Tchadienne par Monsieur Toura N’Gaba Ministre de l’Agriculture du conseil de gouvernement du 13 Mai 1957. 
L’homme du 18 Juin 1940 a pris un bain de foule devant le palais du Gouverneur chef du territoire du Tchad, Monsieur Réné TROAEC. Devant une foule très enthousiaste, dense et caquetante qui l’applaudissait, de Gaulle prononça une brève allocution dont je cite : « le Tchad, terre des hommes vaillants et courageux c’est du Tchad que le Général Leclerc a conduit l’épopée de la France libre.»
Puis le Général de Gaulle nous invitait à chanter avec lui la marseillaise, cet hymne français qui fut composé le 26 avril 1792 par un officier nommé Rouget de Lislé. C’est une opportunité qui nous est offerte et nous ne nous sommes pas fait prier pour l’entonner.

La jeunesse folklorique du P.P.T/R.D.A avec à sa tête Hadjé Aggoh chantait au nom de Toura N’Gaba et Lisette Gabriel. Voici ce que disait cette mélodie agréable à écouter : 

‘’Yah anina, yah anina, yah anina banate hana fort Lamy-
Toura N’Gaba conseiller, Gabriel Lisette député ‘’
Ce refrain fut repris plusieurs fois.

La jeunesse folklorique du quartier Mardjane Daffac dirigée par Hadjé Malsa chantait à la gloire du Général de Gaulle. Voici cette seconde mélodie qui rappelle des vieux souvenirs agréables à savourer. La mélodie faisait allusion aux combats de Koufra et de l’Italie : 

« Soubiane Houdjar Fouhouline ti goul didane »
« Yal banate khannou le de Gaulle 
« Al Kossok bi ridal gol
« Soubiane houdjar Fouhouline ti goul didane 
« Yal banate khannou lé de Gaulle 
« Al hakimal Tiliane.

La danse de balafon était aussi au rendez-vous. Mon collègue Mr N’Gaoudarang Bernard connu pour être le grand danseur de cette musique se mettait en branle pour démontrer son talent.
La danse d’Al Kheita dirigée par Mallah Adam chantait au nom du Sultan Chérif Kassir de Fort Lamy. Le tamtam disait ceci : « Balah Kassir mafi sultan ! Balah Kassir mafi sultan ! »

En dehors des danses folkloriques la fanfare accompagnée par les Eclaireurs et Louveteaux chantait l’indicatif de la Radio de l’A E F et des chants patriotiques au nom du Général de Gaulle. Avec votre permission je vous livre quelques-uns.
Radio A.E.F disait ceci :
S’en allant, sans émoi
Le cœur plein d’effroi
Pour défendre son roi
Fiers enfants à tête ronde
Au nom de Jeanne chérie
Si là-bas la rage gronde
C’est nous qui gardons
L’aspect du sol français.˃˃

Deux chants patriotiques dédiés au nom du Général de Gaulle sont entonnés :
1) Les Allemands pensaient que pour tous les français, la guerre finirait mais avec le Général de Gaulle les Poils nus ne craignent rien. Ils sont toujours pleins d’entrain.˃

2) Le Général de Gaulle était ému par le chant d’un soldat français blessé dans le désert d’Afrique qui par courage male chantait au nom de la mère patrie. Voici ce que disait ce chant glorieux :

Blessé dans le sable d’Afrique un soldat à l’agonie a chanté.
« En contemplant magnifique
Les hirondelles qui s’éloignent.
Hirondelles, oiseaux de nostalgie
Vous qui reverrez la France et ses prairies 
Je suis un vrai fils de France. 
Drapeau bien aimé aux trois couleurs
je meurs pour la patrie au milieu du désert.˃˃

Cette dernière chanson a chatouillé le patriotisme du Général Charles de Gaulle. Il a exigé sur le champ que les Eclaireurs lui reprennent cette chanson pleine d’émotion.

Puis une chaude poignée de mains aux anciens combattants de la seconde et 1er guerre mondiale plus particulièrement à l’Adjudant MBONO leur Président d’Association des frères d’armes, l’homme du 18 Juin 1940 prend congé pour Brazzaville.

Là-bas, selon le Célèbre journaliste Jean Lacouture qui couvrait la tournée référendaire, l’accueil fut plus multicolore plus africain. Une foule enthousiaste, dense et caquetante acclamait le chef des Français libres pendant la 2ème guerre mondiale (lire : Cinget la France édition le Seuil Avril 1961. Auteur du livre est Jean Lacouture.)


Al Hadji Garondé Djarma
68 40 82 18

 
 
 -- envoyé par Garondé Djarma (garondedjarma@yahoo.fr)