Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

Panique à La Tribune de l’Est Economie: L’aigreur comme argument de défense
 
Panique à La Tribune de l’Est Economie 
L’aigreur comme argument de défense
Dans son édition n° 622 du lundi 21 août 2017, le journal donne la parole en pleine page 12, à un véritable chasseur… malheureux de primes dont les demandes d’argent et de prorogation de départ à la retraite  ont été refusées par l’actuel DG de la CNPS.
 
Otseng Ngamba Laurent-Francis, ancien employé de la CNPS et admis à faire valoir ses droits à la retraite il y a à peine deux ans, sera-t-il bientôt le nouveau sauveur de La Tribune de l’Est Economie ? Probablement car, le journal, dans sa tentative d’échapper désespérément à la convocation du Conseil national de la Communication (CNC) et donc, de faire diversion, a donné la parole pour « descendre » le directeur général de la CNPS et certains de ses collaborateurs.
 
Ceux qui connaissent l’histoire syndicale de la Caisse nationale de prévoyance sociale savent qu’il est le président du Syndicat des emplois et métiers de la sécurité sociale du Cameroun (Sems-ca), l’une des formations syndicales qui exercent en ce moment à la CNPS (02 délégués du personnel au terme des dernières élections d’avril 2015).
 
Normal que dans sa recherche d’une bouée de sauvetage, Chantal Roger Tuile, qui s’est spécialisé depuis quelques semaines déjà, dans la publication d’un ramassis d’informations non fondés contre la CNPS et certains de ses responsables, essaye de faire feu de tout bois pour échapper aux fourches caudines du tribunal des pairs. Un politicien de regrettée mémoire ne disait-il pas que « quand on se noie, on s’accroche même à un serpent » ?
 
Mais, pour le cas d’espèce, qu’en sera-t-il lorsque, très certainement bientôt aussi, le directeur de publication de La Tribune de l’Est Economie devra répondre de ses actes devant les juridictions compétentes pour connaître des faits de diffamation, de dénonciation calomnieuse et de publication de fausses nouvelles ? Qu’il en soit aujourd’hui à aller fouiller dans les miasmes nauséabonds de l’aigreur et de la haine, pour trouver quelques soutiens à sa cause est caractéristique de ce que la peur est installée dans les colonnes de ce journal. En effet, si La Tribune de l’Est Economie en est à donner la parole à quelqu’un de peu crédible et qui plus est, a des comptes à régler au directeur général actuel de la CNPS, c’est bien la preuve que le journal, au-delà de la bravade dont semble faire montre son directeur de publication, est désormais en mode panique.
 
Pour ceux qui ne le savent pas, Otseng Ngamba est recruté le 15 Juin 1981 à la CNPS, en qualité d’employé de bureau par décision n°684/81/DG/CNPS. Il est licencié par décision n°161/97/DG/CNPS du 13 Mars 1997. A la suite d’une négociation, il est de nouveau repris à la CNPS le 06 Avril 2001 à travers la convention n°004/02/IG2/DAJC/CAPC/CNPS du 27 Juin 2002, dont les dispositions de l’article 2, alinéa 4 prévoient que l’ancienneté de sieur Otseng est le seul élément de son salaire qui est reconduit. Pas de quoi plaire à l’intéressé qui a « plié son petit doigt », comme on dit dans le jargon camerounais pour parler de rancœur.
 
Autre fait resté en travers de la gorge d’Otseng Ngamba, sa mise en débet en octobre 2010, alors qu’il officie comme auditeur à la direction du Centre hospitalier d’Essos (CHE). A la suite d’une mauvaise codification de la fonction d’auditeur, Otseng Ngamba a bénéficié pendant deux mois, d’une indemnité forfaitaire de logement de 400 000 FCFA et d’une indemnité de sujétion de 40 000 francs CFA. Ce qui lui a permis de percevoir 880 000 francs CFA, alors qu’il n’avait droit qu’à 250 000 francs CFA, soit 100 000 francs CFA par mois pour le logement et 25 000 francs CFA par mois pour la sujétion. Le redressement opéré a dégagé un trop perçu de 630 000 francs CFA, qu’il devait rembourser en quatre mensualités de 157 500 francs CFA. Otseng Ngamba ne l’a jamais accepté, qui a adressé un pamphlet au DG pour contester la récupération du trop-perçu dans ses salaires. Là encore, Otseng Ngamba va encaisser le coup et plier son autre petit doigt.
 
 
Le 12 février 2014, un collectif des membres du syndicat qu’il dirige lui adresse une lettre collective de démission. Non seulement les démissionnaires dénoncent une « gestion pas en conformité avec les statuts » (pas de réunion, pas de compte rendu de la gestion des finances, pas de congrès…, Ndlr), mais, ils accusent le président Otseng de trahison ! « Tu es devenu un écrivain. Un écrivain cynique, qui a l’art d’écrire contre les autres », disent les compagnons d’Otseng Ngamba qui poursuivent : « Tu avais écrit contre Eyoum Milla (aujourd’hui décédé, Ndlr) en demandant son licenciement et tout dernièrement, tu es parti lui dire au revoir. Tu avais écrit contre Monsieur Engo Pierre. Tu avais écrit contre Monsieur Motazé Louis. Tu as écrit contre l’actuel directeur général, et à chaque fois pour des intérêts personnels »… Et de conclure : « Nous savons que tu vas partir en retraite l’année prochaine (2015, Ndlr) et c’est pour cela que tu fais les yeux doux à la direction générale pour proroger ton départ… ». Des paroles assassines contre le camarade Otseng que le journal La Tribune de l’Est Economie présente aujourd’hui comme personne ressource, pour critiquer la gestion actuelle de la CNPS !
 
Toujours est-il qu’après avoir espéré en vain obtenir de l’actuel DG, une prorogation de son départ à la retraite ou une nomination à un important poste de responsabilité, Osteng Ngamba est allé à la retraite bouillonnant de colère contre Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, dont l’autre péché aura été de ne pas lui avoir accordé l’aide financière sollicitée le 27 février 2014 pour financer les activités de son syndicat. Des « subsides (c’est l’expression employée par Otseng Ngamba dans sa demande au DG, Ndlr)» d’un montant de… 58 millions de francs CFA demandés par celui qui, dans les colonnes de La Tribune de l’Est Economie, ose parler de « gabegie » à la CNPS ! Alors que justement, ce soutien financier lui avait été refusé au nom de la rigueur, de l’efficience budgétaire et de la qualité de la dépense. Des principes érigés en mode de gestion aujourd’hui à la CNPS, et qui ne font visiblement pas plaisir à tout le monde, à commencer par Laurent-Francis Otseng Ngamba. Celui-là qu’un journal aux abois veut présenter comme un donneur de leçons de gestion, une personne ressource. Quelle imposture ! 
 La redaction
Panique à La Tribune de l’Est Economie: L’aigreur comme argument de défense
Panique à La Tribune de l’Est Economie: L’aigreur comme argument de défense
Panique à La Tribune de l’Est Economie: L’aigreur comme argument de défense