Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

Akinwumi Adesina, président de la BAD

Akinwumi Adesina, président de la BAD

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT
 
Excellence,
 
Notre coalition composée d’organisations politiques et de la société civile tchadienne à l’intérieur du Tchad et de la diaspora avons décidé de vous écrire en référence aux valeurs que vos Institutions et vous-mêmes défendez si honorablement en faveur de l’Afrique, en ligne avec les principes opérationnels de votre Institution mais aussi à l’Objectif16 des ODD «Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous » que votre institution s’est engagée à défendre aux cotés d’autres institutions internationales de développement.
 
Notre peuple aspire à ces mêmes valeurs tout en désirant voir nos conditions d’existence s’améliorer durablement. Cependant, si notre espoir d’un mieux-être s’est volatilisé depuis plusieurs années, du fait de la mauvaise gouvernance, nous sommes aujourd’hui dangereusement confrontés à des risques importants d’endettement hypothéquant l’avenir de la génération actuelle et à venir et à un durcissement du régime autoritaire en place depuis les dernières élections contestées d’avril 2016.
 
Depuis cette date en effet, aucune source de légitimité n’est reconnue par le peuple à Déby au pouvoir depuis bientôt 27 ans et qui exerce et renforce son pouvoir autocratique, liberticide et dictatorial en violant constamment les libertés syndicales, associatives et politiques. Il enlève, séquestre et torture en toute illégalité toute voix contestataire. Il fait faussement croire qu’il est le garant de leur sécurité contre les menaces terroristes. 
 
Cependant, autant le pouvoir exécutif est illégitime, le pouvoir législatif l’est aussi. En effet, le mandat de la présente législature est arrivé à son terme en juin 2015. Deux arguments ont été présentés tour à tour pour reporter aux calendes grecques les élections législatives: (i) pour proroger la législature par décret, il y a besoin d’organiser un recensement biométrique, (argument devenu depuis lors obsolète), (ii) le pays traverse une crise financière, il n’y a pas de ressources suffisantes pour organiser les élections législatives. 
Ainsi, l’Assemblée Nationale est devenu aussi illégale et illégitime que le pouvoir d’Idriss Deby. Notre classe politique a alerté Idriss Déby depuis mars 2017 en déclarant que passée la date du 21 juin 2017 (délai accordé par un accord politique) , l’Assemblée Nationale n’aura aucune légalité ni légitimité et que par conséquent les lois, traités et accords internationaux votés par l’Assemblée Nationale n’auront aucune valeur juridique.
 
Depuis cette conférence de presse de l’opposition, aucune disposition n’a été prise par le pouvoir pour montrer sa volonté de régler cette crise.
Nous avons appris que votre Institution entend soutenir les Autorités en place dans l’organisation d’une table-ronde à Paris en début septembre 2017 en vue de mobiliser les ressources pour financer le Plan national de développement du Tchad. 
 
Nous attirons l’attention de votre Excellence sur les risques liés à cette situation où les libertés fondamentales du peuple tchadien sont bafouées sur l’autel du népotisme, exacerbant la crise économique et sociale qui a court depuis l’année dernière, avec le silence complice de cette assemblée où le parti au pouvoir détient la majorité absolue via des trucages électoraux de 2011. Les enlèvements et détentions arbitraires, le refus de dialogue politique ainsi que les violences à caractère ethnique qui se multiplient constituent, de notre point de vue, le terreau sur lequel peut se développer l’extrémisme ainsi que les tentatives de vouloir régler les conflits par les armes.
Dans ce contexte, la société civile et les acteurs politiques estiment qu’en dehors d’un cadre de gouvernance renforcée, les ressources que les Autorités en place comptent mobiliser avec le soutien de votre Institution, ne feront qu’endetter durablement les générations actuelles et à venir, enrichir une classe de privilégiés choisis autour du cercle du pouvoir pour gérer les projets d’investissement et renforcer son pouvoir et les répressions vis-à-vis de la population.
La communauté internationale, se trompe sur le fait qu’elle considère le régime de Déby Hyper militarisé comme gage d’une stabilité sous-régionale face aux menaces terroristes, nous pensons que cet objectif n’est pas incompatible avec un minimum de démocratie et de liberté politique pour le peuple Tchadien.
 
Nous sommes convaincus que la communauté internationale dispose d’importants leviers d’actions et de ressources pour amener le pouvoir en place à accepter un dialogue inclusif  réclamé par les Forces Vives de la nation tchadienne afin de jeter des nouvelles bases pour une République plus démocratique incarnée par un pouvoir légitime et axée sur la bonne gouvernance. Ce faisant, nous pensons que la Communauté internationale contribuerait à l’instauration d’un climat intérieur favorable au développement et à la lutte contre l’extrémisme qui suppose, à n’en point douter, des actions efficaces de développement pour préserver les espoirs auprès des populations notamment jeunes.
 
C’est pourquoi, nous venons par la présente vous demander, en tant qu’Institution partenaire du Gouvernement Tchadien dans l’organisation de la Table-Ronde de Paris pour le financement du Plan National de Développement, de bien vouloir exiger du régime en place un dialogue inclusif prôné par l'opposition et la société civile pour sortir le pays de la crise multiforme qu'il traverse, en lieu et place d’une modification constitutionnelle qui fera de la République un patrimoine familial.
 
Nous tenons à vous informer que nous envisageons organiser à Paris, parallèlement à votre table-ronde, des manifestations en vue d’attirer l’attention de la communauté internationale sur le sort du Tchad et le besoin d’agir en cohérence avec les principes d’éthique et d’efficacité qui fondent les interventions en matière de financement du développement.
En espérant que notre appel recevra un écho favorable, veuillez croire, Excellence, à l’assurance de notre très haute considération.
 
Copie:
Union Européenne
ONU
Banque Mondiale
 
Fonds Monétaire International
Union Africaine
Commission Economique pour l’Afrique
Ambassades accréditées au Tchad
 
Ont signés:
 
Les organisations : 
 
Pour le PACT: Abdelkerim Yacoub Koundougoumi,
Pour la CTTDH: Mahamat Nour Ahmat Ibedou
Pour le FONAC: Ahmat Allahbo
Pour AFDCPT Celine Narmadji 
Pour le PDTF Djibrine Abakar Sadrak
Pour le Raz-Le-Bol Citoyen: Tchadaoubaye Migo
Pour RDPL Mieux vivre ensemble: Kingabé de Tapol
Pour le Mouvement citoyen YINA: Nadjo Kaina Palmer
Pour le MCPL Sosthène Mbernodji   
Pour le COPES Issakha Dounia Haroun
Pour OPDH Mahamat Zene Oumar Abdel-Aziz
Pour l UJCEPT Ganlguele Foutoin 
Pour le CTVC Dingamnayal Nely Versini
Pour l ATPDD Rémy Gamo
 
Media: 
 
Pour Le Blog Makaila.fr  Makaila Nguebla 
Pour Chari logone  Djasna Nadji
 
Pièces jointes:
- Plate-forme des revendications de l’opération Boycott Assemblée Nationale
- Plaidoyer pour un dialogue inclusif