Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: grave incident sur un site de construction de la CNPCIC
Il y a de ces choses qui se passent dans ce pays qui nous laissent de marbre. Des faits de genre banal mais qui démontrent indéniablement que ce pays est en fait sans structure et que les intérêts de ce pays et de ces citoyens passent largement après ceux des individus parachutés à des postes de responsabilité dans tous les antres de l’administration tant civile que militaire. Cela donne des ailes aux étrangers pour nous malmener dans notre propre pays.
 
Tenez, ce dimanche 23 sur un site de construction de la chinoise CNPCIC dans un de ces nombreux nouveaux champs au sud du pays, une bagarre a éclaté entre un employé tchadien et 2 chinois. En effet un chinois pour empêcher le tchadien de monter sur un échafaudage le tire de toutes ses forces et le fait tomber, et ce dernier lui répond par une gifle et s’en suit une rixe entre notre compatriote et les 2 chinois (un autre chinois étant venu à la rescousse de son frère). Les chinois s’en sortent avec quelques contusions et blessures.
Avec les chinois habitués à faire prendre le fameux « thé chinois » à nos autorités ceci est une pratique très courante mais dans cette histoire, là où le bât blesse c’est que les chinois sont tout de suite conduits à l’hôpital de la Renaissance pour être soignés et le pauvre et pôvre tchadien lui est remis au commandement de la DSPIP (Direction de surveillance et de la protection des installations pétrolières) sur le site de Rônier qui le sermonne longuement sur la légendaire hospitalité tchadienne avant de lui dire qu’il ne peut se charger de faire aux chinois ce qu’il venait de faire. Mais comment ne pas exploser comme ce jeune homme, contre les chinois quand tous les jours ils abusent verbalement voire physiquement de ces tchadiens en plus de les mal traiter au plan salarial.
Ce chef de site militaire est un vieux colonel connu dans ce milieu pour ses acquintances avec les chinois qui lui ont construit une maison dans la localité, le fournissent en carburant qu’il revend d’ailleurs sur le marché local.
 
Notre pauvre compatriote est aujourd’hui en prison à Bousso, alors que les chinois eux sont revenus reprendre leur travail le plus tranquillement du monde.
Ce fait n’est que la face visible de l’iceberg ; au courant de la semaine passée, un chinois a éteint sa cigarette sur la tête d’un autre employé tchadien sans que cela n’émeute personne ; un autre s’est vu jeté avec un marteau.
 
Quand un gouvernement est trop occupé par satisfaire ses besoins et intérêts au détriment de ceux de la population, ce ne sont pas les étrangers venus prendre leur part de gâteau qu’est le Tchad qui vont s’en priver.
 
Source : Anonyme