Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

 Grève de la faim à Nkondegui

Me Harissou et ses codétenus placés en cellule d’isolement

Leurs objets personnels confisqués

Par lettre du 3 juillet 2017, Maitre Harissou, notaire honoraire, écrit à madame la présidente du tribunal militaire de Yaoundé avec pour objet : « jugement de mon affaire pendante devant votre tribunal.» Le 8 juillet, une alerte en provenance de la prison de Nkondegui signale le début d’une grève de la faim de Maitre Harissou. Hier dimanche, l’information se fait plus précise : à la suite d’une fouille, ou il a été dépouillé de ses « objets de valeur, de son argent et privé de visite, le notaire néo-retraité est en cellule d’isolement en compagnie d’une demi-douzaine de ses codétenus pour 24 jours dans son secteur sans droit de visite.

La lettre de Harissou au président du tribunal dont la rédaction a pu avoir copie est-elle la conséquence de la fouille collective où ils ont été dépouillés des biens personnels ? « je vous demande de bien vouloir alléger mes souffrances en me faisant juger avec célérité » , écrit le notaire qui explique ses motivations : « j’ai courageusement pris la décision de vous adresser cette correspondance, parce qu’à la dernière audience du 16 juin dernier, à laquelle vous êtes venu renvoyer l’affaire au 14 juillet pour composition régulière du tribunal, vous m’avez semblé irritée et déçue par l’absence du juge Iroume qui, d’après vos propres déclarations, n’a daigné ni vous informer de cet absence, ni de répondre à vos nombreux appels téléphoniques pour vous donner des explications. Et vous m’avez paru sincère et de bonne foi. »

Signalons que c’est le juge Iroume Gabriel, alors vice-président du tribunal militaire, qui vient d’être nommé président du tribunal de première instance de Douala-Bonaberi, est celui-là même qui avait rejeté toutes les preuves de l’accusation contre maitre Harissou, notamment des dvd d’auditions a la Dgre, divulgués dans les réseaux sociaux après leur rejet. Ce qui a fait évoluer le procès vers un heureux dénouement attendu, d’autant plus qu’aucune preuve, telles que les allégations d’attaques à l’Est imputées aux détenus dans cette affaire n’ont pu prospérer devant le tribunal, encore moins des armes de guerres où des témoins à charge, cela après 3 ans d'incarcération, 18 mois d'instruction, 15 mois de procès pour seulement 3 audiences, dont 17 renvois.

Placés en isolement pour 24 jours, Maitre Harissou et Aboubakari Siddiki pourront-il être en mesure d’honorer l’audience du 14 juillet prochain ? Un renvoi de plus en vue ? Aux dernières nouvelles, d’autres détenus de sa cellule seraient dit-on, placés en isolement à la suite des fouilles entreprises. Il s’agirait de : du Dr Fontem, Mr Mballa, Ahmed Abba et le maire Rdpc de Fotokol, entre autres…

Affaire à suivre
Edking