Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:l'ADAC dans le collimateur de l'IGE- Epinglée par l'Inspection Générale d'Etat) pour des malversations financières, l'ADAC détourne l'attention de l'opinion et accuse une compagnie aérienne privée inoccente //

Géo-localisation

Publié par Mak

 Mahamat Hamouda Béchir,  un faux héros de la rébellion promu Général de Brigade au Tchad

Rendu célèbre après son arrestation en 2009 suite à des affrontements entre les troupes d’Idriss Deby et l’Union des Forces de la Résistance (UFR), dont il a été le 3ème Chef d’Etat -major, Mahamat Hamouda Béchir est un faux héros.

Pour mémoire, Mahamat Hamouda Béchir a rejoint l’opposition armée en 2007 notamment le groupe de l’ Union des Forces pour la Démocratie et le Développement Fondamentale (UFDD/F), d’Abdelwahid Aboud Makkaye. Il était envoyé par un influent leader arabe (devinez ce qui ?), un allié proche d’Idriss Deby pour infiltrer la rébellion et la déstabiliser.

Pour nous rejoindre au front, Hamouda était équipé d’une Toyata, il a été guidé personnellement par Abdelwahid jusqu’à ce qu’il réussisse à atteindre la position rebelle. A l’époque, on le croyait sincère d’avoir rejoint la rébellion pour combattre l’injustice ambiante au Tchad. C’était une erreur de notre part. Une fois infiltré le groupe armé, Hamouda a entrepris une manœuvre d’opposer les uns contre les autres. Il a commencé à s’opposer d’abord à l’honorable défunt Djibrine Azène puis   cherche à dissocier les Missériés des autres Arabes. Celui qui a prôné le concept de la différenciation sur des bases raciales entre Missériés Rouges et Noirs en affaiblissant le mouvement d’Abdelwahid Aboud Makkaye.

Après les événements du 02 février 2008, Hamouda s’est imposé comme un véritable chef militaire et a suscité de l’admiration dans les rangs des troupes. Mais c’était un piège !

En mars 2008, il a été l’unique Chef Missérié dans le dispositif de la rébellion tchadienne.

Des sources concordantes, révèlent que Hamouda a rencontré l’influent cadre Arabe dans le parc de Zakouma pour recevoir de lui les orientations de sa mission qui vise à déstabiliser la rébellion tchadienne à l’époque.

Toutefois avec la création de l’Union des Forces de la Résistance (UFR), Hamouda a été rejeté par la base combattante au profit du défunt Abderahman Aboul-arab.

C’est dans le cadre de la constitution de l’UFR qu’une proposition a été faite en vue de faire représenter l’UFDD/Fondamentale au sein des organes de la coalition. C’était l’occasion pour Hamouda de trahir la rébellion avec la complicité des hautes personnalités du régime MPS pour lesquels, il travaille.

Le 07 mai 2009, lors de l’attaque d’Am-dAm, Hamouda a simulé une arrestation et s’est positionné comme un vaillant prisonnier à travers sa légendaire déclaration « Yom lek wa Yom Alek », qui a fait le tour du monde

Après quelques temps passés dans une prison dorée, le voilà traitre Hamouda réhabilité par le MPS. Il a même battu campagne dans le Batha lors de l’élection présidentielle d’avril 2016. Il a été mandaté par son géniteur habituel. En guise de récompense,  Hamouda a été recruté comme indicateur de l’Agence Nationale de la Sécurité (ANS). A notre surprise générale, le « vaillant prisonnier » d’hier est aujourd’hui nommé Général de brigade pour obéir aux ordres du régime qu’il aurait combattu.

Combien avons-nous sacrifié des vies humaines pour finir par occuper un tel poste de trahison sans remords ? Ainsi, va le Tchad !

C’est donc à travers Hamouda que Idriss Deby a infiltré la composante arabe de l’opposition armée tchadienne. A méditer ! Méfions-nous prochainement de nos fameux leaders.

MAHAMAT DODAR CHERIF