Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Nomination à la tête de la Banque de l'Habitat du Tchad- Hicham Ibni Oumar Mahamat Saleh est désormais le Directeur Général de la Banque de l'Habitat du pays // Lettre ouverte sur le Tchad - La communauté internationale se trompe en considérant le présdent Idriss Deby comme gage d'une stabilité sous-régionale face aux menaces terroristes//

Géo-localisation

Publié par Mak

La sécurité a été renforcée autour des mosquées et l’entrée des marchés de la capitale tchadienne, N’Djaména, à une semaine de la fin du mois de Ramadan.

Les éléments des forces de l’ordre et des jeunes bénévoles  sont postés devant et autour des mosquées et des marchés dont la fréquentation est en hausse à quelques jours de l’Aid el Fitr marquant la fin du mois d’abstinence et de dévotions.

Autour des mosquées, des barricades et des cordons de sécurité sont déjà mis en place et toute personne est soumise à une fouille par des jeunes sous l’œil attentif des éléments de la police nationale et municipale ainsi que de la gendarmerie.

« L’objectif de ces opérations de sécurité est de rassurer, d’une part, de prévenir toute attaque malveillante, et d’autre part, rassurer les fidèles qu’ils sont en sécurité ainsi que leurs moyens de déplacement pour ceux qui arrivent dans des véhicules ou motocyclettes», explique à APA, Khalil, membre du comité de sécurité d’une mosquée.

Le directeur du marché à mil, Adam Issakha, justifie ces mesures de sécurité par la forte affluence dans les marchés durant les dix derniers jours du mois de Ramadan.

« Donc il est important de renforcer la sécurité. Nous avons donné des consignes à tous les éléments de force de sécurité d’être vigilants. Il est vrai que la capitale est calme mais nous ne devrions rien négliger. On a instauré des fouilles corporelles, partout, aux entrées du marché», ajoute-t-il.

De son côté, le directeur du Marché central de N’Djaména, Abdourahim Mahamat, exhorte tous les usagers à « se conformer aux consignes de sécurité pour le bien de tous. Il faut que tous les usagers collaborent avec les forces de l’ordre et accepter les fouilles corporelles. S’il y a un colis ou une personne suspecte, il faut, tout de suite le dénoncer», insiste-t-il.

N’Djaména a déjà été victime d’attaques terroristes en 2015. Depuis, les mosquées se sont organisées en comité de vigilance où des jeunes des quartiers opèrent des fouilles. 

AHD/od/APA