Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Nomination à la tête de la Banque de l'Habitat du Tchad- Hicham Ibni Oumar Mahamat Saleh est désormais le Directeur Général de la Banque de l'Habitat du pays // Lettre ouverte sur le Tchad - La communauté internationale se trompe en considérant le présdent Idriss Deby comme gage d'une stabilité sous-régionale face aux menaces terroristes//

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: pourquoi l’Alliance Socialiste et l’opposition en général, ne participent pas aux mascarades de SABRE ?

IDRISS DEBY a fait sa campagne sur le thème démagogique du fédéralisme dans le seul but d’engager des modifications constitutionnelles dont le seul but est de placer une de ses progénitures au poste de vice – président.

Aussitôt investi, il met en place un Haut Comité de Reformes Institutionnelles (HCRI) coptant au passage deux candidats « féliciteurs » et confie la direction au Ministre Secrétaire Général du Gouvernement ABDOULAYE SABRE FADOUL. Après plusieurs mois de travail, le HCRI rédige des termes de référence déphasés dont les objectifs ne cadrent même pas avec les résultats attendus et dont le seul mérite est d’avoir soumis aux partis politiques un questionnaire de type scolaire auquel ils sont sonnés de répondre au plus pressé. En prime de provocation, sur la couverture du TDR, une citation du Chef de l’État IDRISS DEBY lors de son investiture de 2017 justifiée à l’intérieur par le souci de mettre en œuvre le programme politique du locataire du palais de DJAMBA ANGATO.

En réalité, c’est un projet d’adhésion et de soumission sinon de décapitation  de l’opposition qui a été proposé. En guise de diversion, le HCRI repose les questions auxquelles il est censé répondre ou du moins faire un état de lieu des reformes avant de proposer une base de travail. Ces questions sont entre autre : quelle est la forme de l’État qui convient le mieux pour notre pays ? Faut – il restaurer le sénat ? Quel régime pour le Tchad  et quelle est la durée du mandat présidentiel qu’il faut pour le Tchad ? Etc. je vous fais économie des autres questions pas très importantes.

DEBY n’ayant jamais préparé un successeur à l’intérieur de son parti le MPS, préfère créer un poste de vice – président dont il aura le privilège de le désigner et faire passer le mandat présidentiel de cinq (5) ans à sept (7) ans dont il pouvait l’appliquer sur son mandat actuel. Adieu les élections les présidentielles se dérouleront en 2023 au lieu de 2021. Les législatives doivent attendre car DEBY n’en veut pas ; DEBY a juste l’argent pour le référendum ; un référendum truqué d’avance sur lequel il va se taper une nouvelle légitimité avec l’aide bienveillante des conseillers occultes de l’Élysée. Il y a aussi un bonus qu’il pourrait lâcher : son cheval de Troie qui est le fédéralisme. Si ce projet passe, il serait tenté de faire d’AMDJARASS la capitale fédérale du Tchad mais le cas contraire il céderait pour lâcher du lest.

À ce prix là, faut – il répondre au plus pressé au HCRI et aller au forum avec tout un amalgame des participants notamment les alliés naturels de DEBY qui sont les « députés et conseillers locaux décrétés », les chefs traditionnels, les religieux, la « société civile sponsorisée » de DIGADIMBAYE et Cie, etc. ?

Dans ces conditions, l’on est endroit de s’abstenir dans le pire des cas. Si jamais il faut participer,  ces préalables doivent être résolus ; ces préalables sont :

  1. S’il s’agit d’un consensus national qu’on cherche afin de sortir le Tchad de sa crise politique, économique et sociale actuelle qui constitue l’objet du dialogue réclamé par l’opposition, DEBY doit mettre de côté son programme politique et reconnaître que son élection contestée  ne lui donne pas une légitimité pour faire ce qu’il veut au Tchad. D’ailleurs c’est cette légitimité qu’il cherche à travers ce forum. L’opposition doit comprendre que c’est l’erreur fatale à ne pas commettre.
  2. Qu’il s’agisse du forum ou du dialogue, quelle sera la portée des décisions qui seront prises ? autrement dit, à quoi ça sert de prendre des résolutions qui ne seront pas appliquées ? la Conférence Nationale Souveraine et le dialogue ayant abouti à la signature de l’Accord du 13 aout 2007 en sont des parfaits exemples. S’il devrait y avoir un dialogue, ce préalable doit être d’abord discuté et tout doit se faire sous l’égide de l’ONU, de l’Union Européenne, des États – Unis, de la France, de l’Allemagne et de la Suisse et dans une certaine mesure, le Nigéria mais pas l’Union Africaine moins encore la CEMAC.
  3. La question centrale qui doit être débattue c’est à quand le départ de DEBY ? il doit s’engager à quitter le pouvoir à une date précise peu importe que les tchadiens confient leur pays à un incapable ou à un fou, un Tchad sans DEBY est toujours possible.

C’est à partir de cet instant que le dialogue doit se faire sur les points suivants :

  • La dissolution de la Direction Générale de Sécurité des Institutions de l’État (DGSSIE) car c’est une entité anticonstitutionnelle et le reversement de ses éléments sous le commandement de l’État Major Général des Armées ; c’est un préalable à la reforme de l’armée nationale
  • La crédibilité des institutions chargées du processus électorale. En l’état actuel des choses, le seul électeur au Tchad est le juge constitutionnel car sa décision ne peut être contesté étant donné qu’il juge en premier et dernier ressort dans une procédure quine peut même pas être qualifiée de contradictoire. D’ailleurs, matériellement, comment neuf personnes peuvent examiner en moins de vingt jours, les résultats de plus de 20 000 bureaux de vote ?
  • La relance économique il s’agit ici d’obtenir un consensus national permettant de mettre en confiance les partenaires, trouver des nouvelles sources de financement du trésor  public, renégocier la dette extérieure et racheter la dette intérieure.

C’est à ce prix que l’Alliance Socialiste s’engage pour un dialogue constructif pouvant sortir le pays du chaos et réconcilier les tchadiens.

MAHAMAT BICHARA

Président l’Alliance Socialist