Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:Urgent- Le blogueur Mahaydine Babouri libéré grâce à une médiation familiale //Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad : la DGSSIE se décapite !

Nommés tous les deux par décrets du président, le chef d’une unité de la DGSSIE( Direction Générale des Services de Sécurité et des Institutions de l'Etat),était en conflit ouvert avec avec son adjoint depuis une semaine.

C’est dans ce climat de tension entre les deux hommes d’une même hiérarchie de l’armée que le chef a suspendu l’adjoint en réduisant ses primes et autres indemnités.

Refusant d’être humilié par son chef qu’il considère comme un officier au même titre que lui, l’adjoint a décidé d’éliminer physiquement son supérieur hiérarchique. Il l’a finalement assassiné dans son bureau.

Après avoir achevé le chef, l’adjoint est rentré chez lui à Farcha puis dire à sa famille d’évacuer la maison puis qu’il vient de tuer quelqu’un. Son épouse et ses enfants ayant quitté le domicile, il a pris son arme à feu et s’est posté devant sa porte. Car, il s’attendait à des actes de représailles.
Quelques heures, plus tard, les éléments de la 4ème compagnie, ont reçu l’ordre leur intimant d’éliminer ce dernier. Ils sont venus le trouver chez lui. Il y a d’échanges violents des tirs entre lui et les éléments de la 4ème compagnie. Il a blessé d’eux d’entre eux avant d’être abattu. 
Lors d’échanges des tirs, deux personnes innocentes de passage dans le quartier, ont été les victimes collatérales de cette vendetta fratricide.
Il est à rappeler que le chef de la DGSSIE ainsi que son adjoint, sont tous deux du même groupe social.
Ces violences entre les chefs, sont récurrentes dans la hiérarchie de l’armée tchadienne, elles traduisent l’indiscipline et l’insoumission qui caractérisent son dysfonctionnement d’une institution non républicaine ni démocratique.
Souvenez-vous de l’affaire Khouder, frère de Hinda Deby et de son adjoint, qui a failli le tuer dans son bureau il y a quelques années.


En tout cas, l’armée tchadienne est loin d’être une armée digne de nom tant qu’Idriss Deby reste au pouvoir et tribalise cette force à sa guise et pour son intérêt personnel.

 

Makaila.fr